Covid-19 : la saison sportive parasitée en Limousin

Tests récurrents, matchs annulés, incertitudes sur les calendriers… Que ce soit en basket, en hand-ball, ou en rugby, l’épidémie de Covid-19 met les nerfs des joueurs et des dirigeants à rude épreuve.

Pas facile de respecter les gestes barrières sur un terrain de basket...
Pas facile de respecter les gestes barrières sur un terrain de basket... © Jean-Marc LOOS
Les basketteurs de Limoges CSP recevront-ils Bourg-en-Bresse ce samedi 17 octobre pour la 5ème journée du championnat de France ? 
Peu probable. La JLB vient de publier un communiqué de presse inquiétant : le club n’est pas capable d’aligner 8 joueurs sur la feuille de match cette semaine en Eurocup, et la rencontre face à Limoges ce samedi est donc compromise. 

Un épisode de plus dans un début de saison marqué par l’incertitude.


40 secondes de trop

Comme dans tous les clubs de Jeep Elite, les joueurs et l’encadrement du Limoges CSP doivent réaliser un test par semaine, le lundi. 
Le résultat arrive à la Ligue Nationale de Basket le mercredi. 
Si deux joueurs ou trois membres de l’encadrement d’un même club sont touchés, un comité sanitaire est saisi, et il peut décider d’un report de match. 

Si d’autres tests positifs, réalisés dans le cadre d’autres compétitions, sont découverts 36h avant le début d’une rencontre, le match peut également être reporté : il faut au minimum sur une feuille de match 7 joueurs et un coach.

Ces nouvelles règles drastiques ont déjà provoqué l’annulation de 10 matchs depuis le début de la saison. 
Une scène lunaire s’est aussi produite sur le parquet de Cholet ce week-end, à l’occasion de la réception de l’ASVEL : le meneur américain de Villeurbanne Norris Cole a reçu son test positif à l’échauffement, et comme il était déjà inscrit sur la feuille de match dans le 5 majeur, il a joué pendant 40 secondes... 
On ne sait pas encore si le club sera sanctionné, mais pour la Ligue Nationale de Basket, "c’est un cas ponctuel, ça n’aurait pas dû arriver."
 

Entraînement "par petits groupes"

Ce week-end, les joueurs du CA Brive sont restés à la maison : leur déplacement à Castres a été annulé. 
En cause, 11 cas positifs chez les castrais… 

Pour les rugbymen aussi le test hebdomadaire est obligatoire, trois jours avant un match. 
Là encore, le protocole est très strict : "Si le seuil de 3 joueurs positifs sur 7 jours glissants n’est pas atteint, le match du week-end se jouera sans nouveaux tests (initialement à M-2 et M-1). Si le seuil de 3 joueurs positifs sur 7 jours glissants est atteint, le principe est que le match sera reporté."

Des mesures d’entrainement "par petits groupes" peuvent aussi être prises...
 

"On attend mercredi soir avec inquiétude". 

Coté Handball, le championnat de France n’est pas encore trop perturbé. 
Les tests font partie du quotidien, et pour être capable de jouer, il faut disposer de 12 joueurs professionnels disponibles, dont un gardien de buts. Une équipe de seulement 10 joueurs peut décider de jouer, mais c’est alors son choix.

Dans le championnat de France, un match a déjà été reporté, car les résultats des tests n’étaient pas arrivés à temps…

Mais le président du Limoges Hand Alain Aubard a aussi une autre préoccupation : "On attend mercredi soir avec inquiétude". 
Si les mesures sanitaires annoncée par le Président de la République se durcissent, la baisse de la jauge de spectateurs à 1 000 personnes serait difficile à gérer : c’est déjà le nombre d’abonnés, sans compter les partenaires. 
Alain Aubard confie : "On se voit mal sélectionner les spectateurs, sans parler d’un huis clos qui serait fincancièrement impossible". 


Une situation tenable ?

Nous avons reçu la semaine dernière à France 3 Limousin Jean-François Brocard, chercheur au centre de droit et d’économie du sport de Limoges.
Selon lui, la situation des clubs sportifs professionnels est tendue : "Aujourd’hui, ce n’est pas une catastrophe, mais ça pourrait l’être demain."
 

Le sport amateur est également touché : "Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les ressources des associations sportives proviennent en majeure partie du secteur privé." Et ces financements sont aujourd’hui en berne. 

C'est un véritable problème : le sport amateur a un véritable rôle social, et il agit aussi pour la santé des populations. 

Sur le terrain, les dirigeant amateurs poursuivent donc leur travail pour lutter contre le virus, même si c’est parfois difficile : en Creuse, un footballeur de Boussac a appris ce week-end, juste après son match contre Saint-Vaury, qu’il était "cas contact". 
Il a depuis été testé positif, ce qui va encore un peu plus compliquer la vie de deux clubs limousins.
 

Une progression des foyers de contamination dans le milieu sportif

Nombre de clusters en milieu sportif par semaine de signalement ; N=223 clusters, données au 05 octobre 2020 (Source SI-MONIC, Santé publique France)
© Santé Publique France

Selon Santé Publique France, au 05 octobre 2020, 223 clusters en lien avec le milieu sportif ont été rapportés. Près d’un cluster sur 5 (19 %) est survenu dans des structures professionnelles et 81% dans des associations amateurs.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société