• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Après la Haute-Vienne, la Creuse prend des mesures de restrictions de l’usage de l’eau

L'utilisation d'eau est désormais encadrée par la préfecture de Creuse. / © pixabay
L'utilisation d'eau est désormais encadrée par la préfecture de Creuse. / © pixabay

Malgré un épisode de fortes pluie survenus dans la nuit du 8 au 9 août 2018, la préfecture de Creuse a mis en place des mesures de restrictions de l'usage de l'eau jusqu'au 31 août, en raison des périodes de forte sécheresse ces dernières semaines. 

Par Thibault Marotte

La canicule terminée et malgré l'épisode orageux de la nuit du 8 août 2018 où un mois de pluie est tombé à Saint-Yrieix-la-Place, la préfecture de Creuse a annoncé avoir mis en place des restrictions de l'usage de l'eau jusqu'au 31 août via un arrêté préfectoral.

Les mesures pourront toutefois être mofiées si jamais les conditions météorologiques évoluent favorablement. En attendant, les habitants du département doivent se soumettre à plusieurs règles quant à leur utilisation personnelle d'eau. 

"Compte-tenu des conditions climatiques du mois de juillet et des températures élevées, les débits naturels des cours d’eau connaissent actuellement une tendance marquée à la baisse", indique la préfecture. 

Entre 8h et 22h, les habitants ne pourront plus arroser leurs plantes et leurs potagers.

De manière permanente, il est désormais interdit d'arroser les pelouses publiques et privées, les jardins publics, les terrains de sport et les espaces verts. Sauf en cas d'impératif sanitaire, voies publiques, trottoirs et terrasses ne pourront plus être nettoyées avec de l'eau. De même pour les véhicules. 

Quant aux piscines, les propriétaires n'ont plus l'autorisation de changer l'eau sauf en cas d'extrême saleté. Seuls les nouveaux bassins pourront être remplis. L'Agence Régionale de Santé pourra toutefois intervenir pour les piscines collectives si jamais des analyses sont mauvaises. 

Les prélèvements dans des puits ou nappes sont également proscrits. Les agriculteurs sont en revanche épargnés par cette mesure, ils pourront continuer à abreuver leurs bêtes mais la préfècture leur conseille tout de même de trouver des modes de distribution alternatifs.

Sur le même sujet

Le nouveau revers du village des marques à Coutras

Les + Lus