Brexit : le délai pour la demande d'un titre de séjour en France repoussé au 30 septembre

Les ressortissants britanniques sont nombreux en Limousin. Pour pouvoir rester en France après le Brexit, ils doivent demander un titre de séjour. Devant l'afflux des demandes, le délai initialement fixé au 30 juin vient d'être repoussé au 30 septembre.
© F3 Limousin

Le changement c'est maintenant pour les citoyens britanniques résidant en France. Leur statut évolue à cause du Brexit. De citoyens européens, ils deviennent désormais résidant étranger. Il leur faut donc impérativement un titre de séjour. Mais devant l'afflux des demandes, un délai supplémentaire a été accordé. Du 30 juin (voir notre article), il est donc passé au 30 septembre. La préfecture de la Creuse croule en effet sous les demandes. Un bureau sépécial a même été créé pour régulariser tous les britanniques du département.

"La Creuse, comme l'ensembre du Sud-Ouest, est une terre d'accueil pour les Britaniques. On anticipait une demande de 800 personnes et finalement nous sommes à 2500 demandes aujourd'hui" explique Renaud Nury, secrétaire général de la préfecture de Creuse.  

Les délais sont plutôt longs. Pete Jones, look décontracté, est soulagé d'accomplir les dernières formalités au guichet de la préfecture. Il lui a fallu 5 mois d'attente entre l'envoi du formulaire et sa convocation en pr2fecture. Il recevra par la suite sa carte de séjour par la Poste dans un délai de deux à trois semaines. A la sortie c'est un grand soulagement : "C'est super, je me sens tellement mieux maintenant. Je peux rester en France, c'est merveilleux !"

Titre de séjour pour citoyens britanniques en Creuse

Sentiment plus mitigé du côté de Cris Bassam. Basée à Grand Bourg, elle est propriétaire d'une petite épicerie qui vend des produits d'outre-manche à ses compatriotes. Installée en France depuis 2015, elle vient tout juste d'obtenir son titre de séjour. "C'est très triste. Maintenant je me sens vraiment comme une étrangère d'une autre planète, pas seulement d'un autre pays".  

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
brexit international royaume-uni