Cet article date de plus de 3 ans

Cimetières en Limousin : la tradition des bols sur les tombes

S'il est une curiosité dans les cimetières du nord du département de la Creuse, c'est bien celle de cette tradition très étrange des bols retournés sur les tombes. Même si la coutume commence à se perdre, il n'est pas rare d'en voir encore. 
Le cimetière de Bussière-saint-Georges, près de Boussac, dans le nord de la Creuse
Le cimetière de Bussière-saint-Georges, près de Boussac, dans le nord de la Creuse © France Lemaire
Depuis le cimetière de la commune de Bussière-saint-Georges, on aperçoit l'Indre voisin. Ce département et le nord de la Creuse partagent la tradition des bols retournés sur les tombes. C'est le rite funéraire de l'écuelle du mort. Elle permet de verser l'eau bénite, mais il s'agit aussi du bol utilisé par le défunt, un objet du quotidien emporté dans la mort, comme c'était déjà le cas pendant l'Antiquité. 


Sur certaines tombes, on voit encore le bol du défunt, retourné pour que l'eau de pluie ne le brise sous l'effet du gel
Sur certaines tombes, on voit encore le bol du défunt, retourné pour que l'eau de pluie ne le brise sous l'effet du gel © France Lemaire


Protège-couronnes et assiettes


Mais ce n'est pas la seule particularité des cimetières creusois. Ce qui étonne aussi ce sont les "protège-couronnes", en verre, en zinc, installés pour éviter aux aléas de la météo d'abîmer les objets funéraires. On remarque aussi les assiettes, ces ronds en porcelaine indiquant le nom des morts sur les croix. 


Des abris en verre ou en zinc pour éviter que le mauvais temps n'abîme les couronnes
Des abris en verre ou en zinc pour éviter que le mauvais temps n'abîme les couronnes © France Lemaire

Un artiste et un marin disparu en mer


Un peu plus loin, dans le cimetière de Clugnat, perché sur la campagne creusoise, on découvre la tombe d'Adrien Vernet, peintre et philosophe, mort en 1912. Cet homme généreux partage sa tombe selon sa volonté avec des indigents. 

Dans le même cimetière, une plaque rappelle une énigme, celle de la Minerve, sous-marin disparu en mer en 1968, comme trois autres sous-marins cette année-là à travers le monde.

L'épave n'a jamais été retrouvée et la cause de l'avarie jamais élucidée. 52 marins étaient à bord de la Minerve, dont le quartier maître Jacques Vigneron, un enfant du pays.

Le cimetière de Clugnat
Le cimetière de Clugnat © France Lemaire

durée de la vidéo: 03 min 17
Les rites funéraires ©France 3 Limousin



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
toussaint sorties et loisirs tradition patrimoine culture histoire