L'art de bien crier

Le festival Métal Culture a proposé pour son édition 2018 une master class musicale dédiée à la voix saturée. Une voix rauque, puissante, qu'affectionnent les chanteurs de métal. Une voix qui se travaille pour ne pas qu'elle déraille. 

La master class dédiée aux voix saturées, ou l'art de bien crier
La master class dédiée aux voix saturées, ou l'art de bien crier © C. Bodin / France 3
Crier, certes, mais crier en professionnel. Saturer sa voix en respectant ses cordes vocales et son larynx. ©France 3 Limousin
La session démarre sans détour, à l'invitation de la prof de chant Adeline Bellart, spécialisée en voix saturée, les participants, ils sont une quarantaine, déclinent leur identité en hurlant bien fort leur prénom. Le ton de la séance est donnée. Ici, on vient apprendre à saturer sa voix, à crier puissamment, mais sans s'érailler les cordes vocales.

Chanter avec une voix saturée, c'est une technique que l'on retrouve dans différents styles musicaux, le blues, la soul, le rock ou le rap. Mais là où cette forme s'épanouie, c'est dans la musique métal. Les voix saturées sont intrinsèquement liées à ce genre musical. 

Pour comprendre le mécanisme physique qui produit ce son si particulier, Adeline Bellart fait un détour par l'anatomie, avec des vidéos qu'on trouverait en temps ordinaire chez les médecins, et encore les spécialistes. Les participants à ma master class y découvrent les cordes vocales en train de vibrer, et, juste à côté, des pseudos cordes vocales : les bandes ventriculaires. Ce sont elles les responsables de la saturation, de la grosse voix, celle qu'on prend sans s'en rendre compte quand une grosse colère s'exprime sans détour.

Elle explique également que pour pousser un cri digne de ce nom, le larynx se contracte, la pression de l'air augmente, entre 15 et 30%. C'est aussi pour cette raison qu'il faut savoir s'y prendre, ne pas forcer au risque de devenir aphone pour quelques jours.

Formée à la musique de manière traditionnelle, conservatoire, chant classique et solfège, Adeline Bellart, s'est formée au chant saturée au fil de ses recherches et de ses rencontres. Elle enseigne désormais cette technique au sein d'Inside the scream, une structure parisienne unique en son genre en France, qui propose des sessions, des cours collectifs ou des cours personnels sur le chant saturée.

Après la partie théorique, les apprentis chanteurs sont évidemment invités à passer à la pratique. Il faut tour à tour mimer une chèvre, une mouette ou une mobylette. Oublier aussi toute retenue, il faut mettre de l'intention dans son chant, alors pour les oiseaux, prière de battre des ailes avec les bras, et pour la mob, penser à bien tourner la poignée d'accélération avec le poignet.

Une séance ponctuée par une bonne humeure contagieuse, où l'on repasse aussi par les fondamentaux du chant, la maitrise de la respiration, et donc du diapgragme, le placement de la voix ou l'équilibrage de la pression.

L'année passée, le festival Métal Cultures avait proposé une master class de batterie, pour cette édition 2018, il s'agissait du chant. Un concept qui devrait s'ancrer dans les programmes des années à venir, car le public est demandeur.  
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture musique festival