Gendarmes renversés en Creuse : la justice belge confirme le transfèrement du "Puppet Master"

Publié le Mis à jour le

L'escroc britannique Robert Hendy-Freegard avait été arrêté en Belgique le 2 septembre, quelques jours après avoir blessé deux gendarmes creusois venus contrôler son élevage de chiens. Il avait fait appel de son extradition.

La confirmation est tombée ce jeudi à Bruxelles, selon nos confrères de Radio France : la justice belge va bel et bien transférer Robert Hendy-Freegard, escroc britannique et grand manipulateur retrouvé par hasard à Védaillat, en Creuse, fin août.

C'était lors du contrôle d'un élevage clandestin de 26 chiens de race beagle par les services vétérinaires du département. L'homme âgé de 51 ans s'était alors présenté aux gendarmes comme un ancien agent du MI5 (services secrets britanniques) et avait pris la fuite en percutant deux gendarmes, en blessant un légèrement

Un mandat d'arrêt européen avait alors été émis et c'est à l'ouest de Bruxelles qu'une semaine plus tard, sa plaque d'immatriculation avait été reconnue. 

Procédure en France

Robert-Hendy Freegard peut encore déposer un recours devant la Cour de Cassation belge.

S'il y renonce, ou si ce recours est rejeté, une fois de retour en France, il devrait être présenté au juge des libertés et de la détention le plus proche de Belgique, dans un rayon de 200 kilomètres selon les règles en vigueur : probablement celui de Lille selon Anne Kostomaroff, procureur général de Limoges. Il devrait ensuite être conduit à la maison d'arrêt de Limoges. Le juge d'instruction en charge de l'affaire aura ensuite 24 heures pour le recevoir. 

L'homme risque la cour d'assises et 30 ans de prison.

Sous emprise

Les 26 chiens découverts à Vidaillat ont depuis lors été pris en charge par la SPA de la Creuse, dans son refuge près de Guéret.  

Robert Hendy-Freegard avait installé dans cette maison une certaine Sandra, dont la famille était sans nouvelles depuis plusieurs années - l'homme a déjà été condamné à 9 ans de prison en Grande-Bretagne pour avoir soutiré des millions de livres à ses victimes. Son histoire avait fait l'objet d'une série sur Netflix, "Puppet Master : leçons de manipulation"

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité