Guéret : inquiétudes sur l'avenir du commissariat

Le président de la communauté d'agglomération du Grand Guéret a écrit au Premier Ministre à propos de l'avenir du commissariat de Guéret. Le livre blanc de la sécurité intérieure préconise, en effet, le remplacement de la Police par la Gendarmerie dans les villes de moins de 30.000 habitants.

La parution du livre blanc sur la sécurité intérieure, le 16 novembre 2020, a été éclipsée par la seconde vague de l'épidémie de COVID-19, et le retour du confinement. Pourtant, ce document de prospective de 300 pages, rassemble 200 propositions pour faire évoluer la protection et la sécurité des français.

L'une de ces préconisations représente une menace pour l'avenir du commissariat de Guéret, la préfecture de la Creuse. Le livre blanc propose un nouveau partage territorial des compétences entre la police et la gendarmerie. Il est dit (page 165) : "En dessous de 30.000 habitants, le principe serait de confier le territoire à la gendarmerie". L'objectif est de "concentrer les efforts de la police dans les plus grandes agglomérations urbaines".

Un courrier à Jean Castex

Cela a conduit, Eric Correia à écrire, le 03 décembre dernier, à Jean Castex pour défendre la présence de la police dans la capitale creusoise.

Le président du Grand Guéret souligne que "les forces de police guérétoises donnent toute satisfaction dans l'exercice de leur difficile mission, les patrouilles et les agents fonctionnent en 3/8 et ce sont au total 82 agents qui oeuvrent au quotidien pour la sécurité et la tranquilité publiques, avec un taux d'élucidation de 70 à 80% contre 45% à l'échelle nationale. En zone gendarmerie, le délai d'intervention peut être porté à plus de 30 minutes".

Eric Correia soumet donc au Premier Ministre une contre-proposition : "étendre au contraire le périmètre d'intervention des forces de police au délà de la seule ville de Guéret, et donc au 25 communes de la commnauté d'agglomération".

Pas encore de réponse

La réponse du chef de cabinet de Jean Castex, Mathias OTT, en date du 19 mars, se contente d'accuser réception de la demande et sa transmission au Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin "afin qu'il apporte toutes les informations utiles sur ce dossier". 

Le livre blanc de la sécurité intérieure précise d'ailleurs que "le ministre doit conserver la faculté de s'écarter de ces principes au regard de toute situation particulière".

En 2011, la ville de Libourne (Gironde, 20.000 habitants) a perdu son commissariat au profit de la gendarmerie, mais selon Eric Correia, "les 80 fonctionnaires de police ont été remplacés par 30 gendarmes". 

Ce projet inquiète donc de nombreux maires dans toute la France. Actuellement, il existe 3766 gendarmeries et 822 implantations de la police sur le territoire.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité gérald darmanin politique