"Il y a une crainte le soir". Opération anti hold-up dans les rues de Guéret

durée de la vidéo : 00h01mn50s
Ce n'est pas dans le Far West, mais bien à Guéret qu'une opération anti hold up est lancée. La Creuse, comme le reste du territoire français, note une augmentation de vols et de violence. Des patrouilles de police sont organisées dans les rues commerçantes de la ville. Un reportage de Frédéric Cano et Eléa Tymen ©France 3 Limousin

Ce n'est pas dans le Far West, mais bien à Guéret qu'une opération anti hold-up est lancée. La Creuse, comme le reste du territoire français, note une augmentation des vols et des violences. Des patrouilles de police sont organisées dans les rues commerçantes de la ville.

"Aujourd'hui, on va se concentrer dans les rues de l'hypercentre."

Gérald Sertelet, commandant divisionnaire, dirige le briefing ce mardi 19 décembre 2023. Pour rassurer les commerçants de Guéret en Creuse, une patrouille est organisée dans les rues piétonnes. 

"C'est une opération demandée par les commerçants, affirme le commandant divisionnaire. Elle est nationale, et pas seulement guéretoise. L'initiative a été bien perçue, et on effectue fréquemment des prises de contact." 

Risque accru avec les fêtes de fin d'années

À Guéret, plus grande ville de la Creuse, les plaintes pour violences sont passées de 33 en 2016 à 95 en 2022En cette période de fin d'année, le commerce bat son plein et les tentations sont grandes. Bijouterie, parfumerie, galeries marchandes, boutiques de vêtements. La crainte des commerçants est importante, notamment en fin de journée. 

"Le soir est toujours un moment à risque, confirme le Major Arnaud. Bien entendu, la pénombre permet aux individus de prendre plus facilement la fuite, et de se masquer plus aisément."

Dans cette ville de presque 14 000 habitants, plus de 80 % des commerces du centre-ville sont tenus par des femmes. Erika Boutinaud, présidente du conseil des commerçants du centre ville, se dit rassurée par la présence policière : "Il y a une crainte le soir. Quand on est seule à cette période, il fait nuit ; les rues ne sont pas toujours bien éclairées. À partir du moment où des commerçants se sentent en insécurité le soir, je pense que c'est important de faire le nécessaire pour y remédier." 

Mieux vaut prévenir que guérir

Pour éviter les vols, les commerçants ont participé à des réunions de sensibilisation organisées par la police. Des brochures ont été distribuées pour avoir les bons réflexes. Le commandant explique notamment l'importance de l'observation des clients. Faire attention aux comportements suspects, comme le fait de toucher beaucoup d'objets ou le port de gants par exemple. 

En cas de suspicion, Lydie Poirier, salariée d'une boutique du centre-ville, explique la stratégie des commerçants. "On sort dehors et on se fait des signes, relate-t-elle. Quand quelqu'un est suspect, on se tient au courant dans la rue."

Entre les patrouilles de police et la vigilance des commerçants, les voleurs n'ont qu'à bien se tenir.