Le maire de Guéret souhaite le départ du président de la communauté d’agglomération

Marie-Françoise Fournier retire sa confiance à Eric Correia. Ce dernier souhaite augmenter les impôts de 4 points pour combler partiellement le déficit des comptes de l’agglomération du grand Guéret.

Au moment son élection à la mairie de Guéret en 2020, Marie-Françoise Fournier se disait très discrète. Cette ancienne assistante sociale à la retraite, sans expérience politique, a présenté une liste sans étiquette et a été élue à la tête de la première ville de la Creuse.

Moins d’un an après sa victoire face au socialiste Eric Correia, elle semble avoir trouvé ses marques et souhaite le départ de celui qui a été réélu à la tête de l’agglomération du grand Guéret.

Ce n’est pas un calcul politique et la ville de Guéret ne présentera pas de candidat si cette présidence doit être remise en cause.

Marie-Françoise Fournier, maire de Guéret

maire de Guéret ne souhaite pas devenir président de l'agglomération

Hausse des impôts

Il y a quelques jours, Eric Correia, président socialiste de la communauté d’agglomération du grand Guéret, a annoncé aux maires un déséquilibre des comptes de l’établissement public de 3,6 millions d’euros. Il envisage donc d’augmenter de 4 points, les impôts sur le foncier bâti et non bâti. Ce qui représenterait 70 à 95 euros de plus à payer pour les propriétaires. Des taxes qui seront répercutées sur les locataires du secteur privé pour Marie-Françoise Fournier.

Le maire de Guéret n’aurait obtenu aucune explication logique sur ce trou dans les comptes : « On nous parle d’une baisse des dotations de l’Etat, mais elles sont stables depuis 2017. Ce déficit semble être le résultat d’années de gestion aventureuse. Le poids de la masse salariale a augmenté de 9% malgré le déséquilibre. »

Dès qu’elle a appris le projet d’Eric Correia, Marie-Françoise Fournier a réuni son conseil municipal, mais n’a pu expliquer les raisons du déficit à sa majorité. La dette ne serait que partiellement comblée par la hausse des impôts, à hauteur de 1,2 millions d’euros. Elle a demandé à ses conseillers municipaux de se positionner.

Cette accusation de mauvaise gestion ne doit pas se transformer en procès politique. Je refuse de m’associer à un vote de défiance, c’est pour ça que j’ai voté contre.

Michel Vergnier, ancien maire (PS) de Guéret et membre du conseil municipal.

Marie François Fournier et la hausse des impôts communautaires

Un président sur la sellette

Le maire de Guéret a écrit à l’ensemble des élus de la communauté d’agglomération. Lors de la prochaine réunion du conseil communautaire le 31 mars prochain, elle demandera un vote à bulletin secret sur la confiance accordée au président du grand Guéret.

Ce qu’on demande, c’est de comprendre d’où vient le problème et de trouver ensemble une solution, à partir d’éléments de compréhension et de projection. On ne demande pas que tout le monde soit remplacé. Dans l’actuelle équipe, il y a des gens qui travaillent très bien.

Marie Françoise-Fournier, Maire (SE) de Guéret

De son côté, Eric Correia se donne quelques jours avant de répondre aux accusations qui sont portées contre lui. Il organise une conférence de presse sur le sujet vendredi 26 mars à 15 heures. Joint par téléphone, il s’est contenté de cette déclaration lapidaire : « Vu la violence qui défie tous les codes politiques et humaniste, je prends le temps de la réflexion ».

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique finances économie