VIDÉO. Histoire : le quotidien, dans les années 1960, du lycée des métiers du bâtiment raconté par d'anciens apprentis

Le LMB de Felletin, ils l'ont bâti de leur main. Et à travers la construction de ce lycée, ils se sont construits. D'anciens apprentis du bâtiment se remémorent leur vie à l'école en Creuse.

Leurs mains tachetées ont pris les marques du temps, mais elles empoignent leurs cannes avec la même vigueur qu'elles serraient les outils d'autrefois.

durée de la vidéo : 00h04mn29s
VIDÉO. Histoire : le quotidien, dans les années 1960, du lycée des métiers du bâtiment raconté par d'anciens apprentis ©France Télévisions

Michel, Jean-Jacques, Robert, Henri et Roland se promènent dans la cour de leur lycée d'antan, et retombent 50 ans en arrière, alors qu'ils étaient élèves. Ces maçons de la Creuse ont tous apposé leur pierre à l'édifice : la majorité du lycée a été conçue par les élèves.

Des apprentis bâtisseurs

L’histoire du lycée des métiers du Bâtiment commence en 1909 quand la municipalité de Felletin décide de construire une "École Pratique d’Industrie". Seule la section "bâtiment" verra finalement le jour et les constructions de grande ampleur financées au niveau national commencent juste après la Libération.

Au fil des années, le lycée fait construire un bâtiment historique et des infrastructures luxueuses, voire impensables aujourd'hui, comme cette petite salle de cinéma, vestige des années 1970.

"Tous ceux qui ne venaient pas des grandes villes, n'avaient pas de cinéma. C'était incroyable de pouvoir aller au cinéma dans son propre lycée. Je me rappelle la projection du film Le Beau Serge, de Claude Chabrol", raconte Michel Audoin. Lui, était élève en 1967, il se remémore les surveillants pas toujours commodes, les blouses impeccables avec les matricules, mais aussi, il se rappelle quelques moments de détente, au cinéma.

En vingt ans de travaux, l'école des métiers du bâtiment a fait fleurir d'autres constructions d'exception. Comme son gymnase, qui fait la fierté de bon nombre des apprentis de l'année 1957. Il repose sur une charpente en métal à vingt mètres de hauteur, montée à l’aide des petites mains des élèves apprentis, à l'époque, chargés d’assembler et de souder les tubes de cette cathédrale d’acier.


"Il faut penser qu'à cette période, c'était la révolution industrielle, avec la révolution du métal, de la fonte à l'acier. L'élève en formation ici était en situation d'être sur un chantier avec tout à sa disposition", explique Roland Nicoux élève entre 1964 et 1970 au lycée du bâtiment de Felletin.

Piscine chauffée

Le lycée avait été pensé pour être une ville dans la ville. Et une ville digne de ce nom se doit d’avoir sa piscine, vingt-cinq mètres de longueur, bien chauffée. Soutenue par des piliers de béton de deux rangées de huit. "J'ai participé au coulage, mais les poutres, c'est une autre classe qui l'a fait. J'ai tout appris, en enseignement général et technologie, c'était motivant, on était en forme", raconte fièrement Jean-Jacques Bertrand, élève entre 1956 et 1961 au lycée du bâtiment de Felletin. Malheureusement Jean-Jacques n'a jamais pu se baigner dans la piscine, il a quitté l'établissement avant sa mise en service.

Le savoir-faire transmis

Maçonnerie, taille de pierre, menuiserie, peinture. Ces apprentis savaient tout faire, comme Henri Merigot qui – à 89 ans – n’a rien oublié de sa vie dans le bahut et de son rôle dans la construction de ce bâtiment, admirable par la majesté de sa courbe. "On a commencé par la partie du milieu, tout a été construit manuellement, le terrassement aussi. Il n'y avait pas de temps limité, le travail devait juste être impeccable".

 Aujourd'hui, le Lycée des Métiers du Bâtiment (« LMB ») de Felletin accueille, en plein cœur de la Creuse, plus de 450 élèves et inclut un lycée professionnel, un lycée technique et une unité de formation pour apprentis.

Du fait de son histoire et de l’opportunité qu’offre son site exceptionnel, le Lycée des Métiers du Bâtiment (LMB) de Felletin a été choisi comme lieu d’ancrage du Campus régional du Patrimoine bâti.

Jean-Jacques, Roland, Henri et les autres, ces passeurs de mémoires ont laissé ici des petits chefs-d’œuvre et offert aux générations futures un monument d’histoire.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité