VIDÉO. Un conseil de commerçant pour redynamiser le centre-ville à Guéret

durée de la vidéo : 00h01mn56s
C'est LE serpent de mer en Creuse. Comment attirer de nouvelles enseignes à Guéret ? Un conseil de commerçants vient d’être créé pour tenter d’attirer de nouveaux commerçants et remplir les vitrines vacantes de la ville. Une initiative qui accompagne les efforts menés par la municipalité. ©France Télévisions

C'est LE serpent de mer en Creuse. Comment attirer de nouvelles enseignes à Guéret ? Un conseil de commerçants vient d’être créé pour tenter d’attirer de nouveaux commerçants et remplir les vitrines vacantes de la ville. Une initiative qui accompagne les efforts menés par la municipalité.

Guéret, 12 000 habitants, cherche repreneurs pour ses vingt-six fonds de commerces vacants, un commerce sur cinq. Constat amer partagé depuis longtemps par la population. 

Comment réagissent les habitants croisés aujourd'hui dans les rues de la ville ?

"Le centre-ville manque d'attractivité. Peut mieux faire !"  

"Un peu dépourvu, le centre. Il manque des commerces de proximité. La zone Pop à Guéret a bien aidé à créer ce désert. Quand vous voyez la grande rue, je plains les commerçants. Ça doit être très compliqué pour eux". 

"Maintenant, il faut prendre sa voiture pour aller dans les zones et c'est très dommage." 

Agnès Grandviergne fait partie des commerces emblématiques de la Grande Rue. Lors de l'installation de sa boutique de lingerie, il y a trente-cinq ans, une seule boutique de la rue était vacante, celle où elle s'est installée. Aujourd'hui, le constat s'est inversé. La faute aux politiques locales selon elle. Le poste de manager de centre-ville a même été supprimé après les avoir vu défiler sans que leurs idées puissent toujours aboutir.

"Personne n'est à l'écoute. On est peu nombreux, on ne fait pas poids. Il y a un manque de stationnement flagrant sur la ville. On est en Creuse ici, maintenant, il y a des bus, c'est très récent, mais pas de trains, tramway. La circulation ne se fait pas de la même façon que dans une grande ville. Ici, vous habitez à quatre kilomètres, il faut prendre votre voiture et pouvoir la stationner quelque part. Nous n'avons pas de moyens de transports qui puissent justifier l'existence de rues piétonnes et pas de stationnement".

Pour redonner vie aux vitrines, un conseil des commerçants a été créé en début d'année, appuyé par les chambres consulaires et la ville. Erika Boutinaud fait partie des quinze commerçants à l'origine de l'instance. Elle regrette le manque d'enseigne nationale qui pourrait servir de locomotive.

"Les grandes enseignes ne s'installeront pas sur des centre-villes comme les nôtres. On a une zone de chalandise sur Guéret, c'est-à-dire le nombre d'habitants au mètre carré qui est trop peu important, qui n'intéresse pas les grandes enseignes".

L'association pointe également la vétusté de beaucoup de commerces vacants qu'il est très difficile et surtout très coûteux de mettre aux normes. Un investissement prohibitif pour les nouvelles installations. Elle réclame en outre un nouvel effort sur la circulation, l'accès au centre et donc les parkings.   

En 2023, le taux de locaux vacants a pourtant été divisé par deux, selon la municipalité de Guéret, grâce à une aide pour les loyers.

"La ville aide à hauteur de 30% le paiement des loyers mensuels des commerçants qui s'installent. Ce dispositif a été mis en œuvre en 2020 et a concerné huit boutiques jusqu'à présent vacantes qui ont ainsi trouvé preneur. Sur les dix-sept boutiques vacantes initiales, il n'y en a donc plus que neuf et un taux de vacances passé de 42 à une vingtaine de pourcent", se réjouit Raynald Desroy, directeur cœur de ville de Guéret.

Un parking de quatre-vingt-hui places devrait sortir de terre en centre-ville d’ici début 2024, selon la mairie.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité