Cet article date de plus de 4 ans

Les GM&S à Bercy : vers une offre ferme de reprise par GMD

Ils sont 200 à s'être déplacés à Paris. Une démonstration d'unité pour les salariés de GM&S (Creuse) alors qu'une délégation rencontrait ce vendredi 16 juin 2017 Bruno Le Maire pour faire avancer le dossier de reprise de l'entreprise. Le groupe GMD pourrait déposer une offre ferme. 
environ 200 salariés de l'usine de La Souterraine ont de nouveau fait le déplacement aujourd'hui à Paris. Une délégation a été recu à Bercy par le ministre de l'économie Bruno Lemaire ce vendredi 16 juin 2017. Intervenants : Vincent Labrousse (représentant CGT - GM&S La Souterraine) ; Vincent Gladel (administrateur judiciaire de GM&S). ©France 3 Limousin.
Ne pas lâcher la pression sur le monde politique. A 2 jours du vote pour le second tour des législatives, les salariés de GM&S industry se sont mobilisés, une nouvelle fois, pour défendre leur entreprise et leurs emplois. 200 salariés se sont déplacés ce vendredi 16 juin à Paris. 

Ils se sont installés devant le ministère de l'Économie, à Bercy, alors que leurs représentants doivent rencontrer le ministre de l'Économie Bruno Le Maire en personne. La problématique des salariés n'a pas varié : trouver un repreneur crédible qui conserve un maximum d'emplois sur le site creusois de La Souterraine.

Pour poursuivre son activité, l'usine GM&S doit remplir son carnet de commandes. Il est impératif pour les employés du site que les constructeurs PSA et Renault revoient à la hausse leurs volumes de commandes, et ils comptent bien sur le ministre pour qu'il pèse de son poids politique et qu'il obtienne  ces augmentations de la charge de travail. 

Autour de la table...

La réunion à Bercy a débuté à 15h. Autour de la table, le ministre de l'Économie et ses conseillers, les représentants CGT et FO de GM&S Industry, l'administrateur judiciaire, le manager de transition du site de La Souterraine et le préfet.

Les constructeurs Peugeot et Renault n'étaient en revanche pas présents.

Dans un communiqué, rendant compte des échanges qui ont lieu pendant cette réunion, le ministère de l'Économie annonce que le repreneur potentiel, GMD, travaille sur le site creusois depuis le mercredi 13 juin dans "l'objectif de formuler une offre ferme (...) d'ici le 20 juin", date limite pour recevoir les dossiers, une audience au tribunal de commerce de Poitiers étant depuis programmée au 23 juin. Le ministère précise que les "plans envisagés à ce stade prévoient des investissements conséquents assurant la compétitivité à long terme du site.

Il y aura quoi qu'il en soit des licenciements.




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gm&s industry économie social