Orages : des dégâts localisés en Creuse, Corrèze et Haute-Vienne

Publié le Mis à jour le
Écrit par Isabelle Rio .

Coupures d'électricité, toitures touchées par la grêle... les orages qui se sont abattus en fin de soirée ce samedi sur le sud-est de la Creuse, le sud-ouest de la Corrèze et le sud-est de la Haute-Vienne ont fait intervenir les pompiers à de nombreuses reprises. Les équipes d'ENEDIS sont également sur le terrain ce dimanche pour réparer.

Les épisodes orageux se sont abattus entre 21h et minuit ce samedi 4 juin. Vent, grêle et foudre ont provoqué quelques dégâts dans des secteurs très localisés des trois départements, avec parfois des grêlons gros comme des balles de ping-pong ou de tennis.

Les réseaux électriques ont été touchés par des chutes de branches ou par des impacts de foudre dans les postes de distribution.

En Corrèze, ce sont 3000 clients qui se sont retrouvés privés d'électricité, 800 en Creuse, 300 en Haute-Vienne.

Les pompiers sont sortis toute la nuit pour des interventions sur les toitures. En Creuse, il y a 177 interventions encore en cours ce matin ou en fin de traitement. Ce sont des opérations de bâchages sur les toitures endommagées par les chutes de grêle, 61 sur le secteur de Dontreix - y compris la toiture de la caserne des pompiers, commune la plus touchée, 54 interventions sur le secteur de Crocq, 4 à Mérinchal, 3 à Gentioux-Pigerolles. C'est la réserve départementale de bâches qui y passe. 90 pompiers sont mobilisés. Ils attendent des renforts cet après-midi de la Haute-Vienne, de la Corrèze et du Puy-de-Dôme.

Il y a eu un blessé léger à Guéret, suite à la chute d’un arbre. Mais les pompiers n’ont pas pu faire grand chose cette nuit.  C'est ce matin qu'ils sont à pied d'oeuvre sur les toits, comme sur celui d'un laboratoire qui a eu sa toiture de 500m2 touchée.

Les équipes de permanence d'ENEDIS ont dû sécuriser également quelques lignes lorsqu'il y avait un risque mais c'est dès l'aube également ce matin qu'elles ont commencé à intervenir sur les pannes

"Le dispositif de la FIR, la force d'intervention rapide, mise en place à la suite de la tempête de 1999, est très efficace. Nous n'avons pas besoin de crise climatique majeure pour organiser ces interventions, le dispositif est rapidement mis en place, nous mutualisons aussi bien les hommes que les moyens logistiques, camions, nacelles, groupes électrogènes" souligne Amélie Dougy, cadre de permanence territorial. 

A 10h30 ce dimanche, 50% des pannes étaient réparées. 

Des renforts sont toutefois attendus sur la Creuse cet après-midi en provenance du Poitou-Charentes. Les équipes ENEDIS de la Haute-Vienne pourraient venir également en renfort sur la Corrèze.

De gros dégâts sur les exploitations agricoles

En plus des dégâts sur les toitures des habitations, ce sont aussi celles des bâtiments agricoles, hangars, stabulations, laiteries... qui sont touchées. Les animaux, effrayés dans les champs, se sont parfois égarés. Récupérés et rentrés, ils ne sont pour autant pas à l'abri sous les toitures percées. Le stockage du foin et de la paille n'est plus protégé non plus. Les exploitants touchés demandent que l'état de catastrophe naturelle soit constaté par la Préfecture de la Creuse.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité