Délocalisation des services de l’État : 40 fonctionnaires mutés à Limoges et 20 à Guéret

Un service de gestion des retraites et payes des fonctionnaires va être renforcé à Limoges. Guéret va acceuillir des agents dont la mission sera d’accélérer les opérations de publication des transactions immobilières. Les syndicats sont inquiets.
 

Les 40 fonctionnaires mutés à Limoges travailleront dans ces locaux de la rue Cruvelhier
Les 40 fonctionnaires mutés à Limoges travailleront dans ces locaux de la rue Cruvelhier © f3 Limousin
Depuis 2015, le bassin de population de Limoges aurait perdu 300 emplois après la création de la grande région, dont 94 postes de fonctionnaires délocalisés à Bordeaux, selon une étude réalisée par un cabinet spécialisé pour la mairie. Le mouvement des gilets jaunes est passé par là, tout comme les annonces de fermeture de trésoreries locales.

Alors les élus locaux ont exercé des pressions qui ont poussé le gouvernement à réagir.
 

Délocalisations

Dès le mois de mars 2019, Gérald Darmanin, alors ministre de l’action et des comptes publics, déclarait  qu’il souhaitait « remettre de l’emploi public dans les territoires ruraux ». L’annonce officielle du choix de Guéret et Limoges pour accueillir deux services déconcentrés de Bercy a été faite en janvier 2020.
 
Celle d’une relocalisation des finances publiques dans les territoires, annonce faite le 30 septembre par le ministre de l’économie et le ministre délégué chargé des comptes publics nous apporte des précisions.
 

Délocalisation en Limousin

La ville de Limoges va acceuillir une quarantaine de fonctionnaires supplémentaires entre 2021 et 2024. Ils seront installés rue Cruveilhier. Le centre de gestion des retraites des fonctionnaires et le service chargé de leur rémunération  vont être renforcés.

Guéret hébergera de son côté un tout nouveau  service de publicité foncière, dont l’objectif sera d’accélérer les opérations de publication des transactions immobilières. Une vingtaine d’agents vont déménager en Creuse. On ignore encore où ce service sera implanté dans la cité.

480 villes s’étaient positionnées pour ces services délocalisés de l’état. Elles ne sont qu’une cinquantaine à avoir été choisies avec des critères précis : bonne connexion internet, offre éducative pour les enfants, bonne desserte pour les transports …

15 autres villes seront sélectionnées d’ici la fin de l’année.
 

Volontariat

En tout, 2 500 fonctionnaires de la direction générale des finances publiques seront délocalisés en province. La directrice du projet s’appelle Isabelle Le Roux-Trescases. Ce haut fonctionnaire connait bien notre région. Elle était auparavant directrice des finances publiques de la Haute-Vienne.

Elle nous assure que toutes les mutations se feront progressivement, sur la base du volontariat.
 

Les agents qui souhaiteront suivre leur mission seront prioritaires.

Isabelle Le Roux Trescases, directrice du projet « nouveaux réseaux de proximité de la DGFIP


Le haut fonctionnaire ajoute que les postes en province pourront ensuite être pourvus par des « sorties d’école » ou des agents locaux connaissant le métier. L’idée étant d’éviter toute baisse de compétence.

Quant à l’éventualité de risques psychosociaux liés à cette grande réorganisation des finances publiques :
 

Les agents et cadres aspirent pour beaucoup à sortir des métropoles pour profiter d’un cadre de vie plus agréable et moins onéreux.

Isabelle Le Roux Trescases, directrice du projet « nouveaux réseaux de proximité de la DGFIP


A terme, 6 000 fonctionnaires travaillant dans de grandes métropoles vont être ainsi délocalisés dans des secteurs ruraux délaissés.
 

Inquiétude des syndicats

La CGT note que tous les agents ne sont pas « célibataires sans enfants », et qu’il ne sera pas forcément facile pour le conjoint d’un fonctionnaire, de trouver un travail à Limoges ou Guéret. Au final, le niveau de vie des familles mutées pourrait être impacté. 

Si un fonctionnaire n’est pas volontaire pour être muté, nul ne sait par ailleurs ce qu’il deviendra. De nombreuses incertitudes demeurent.
 

L’expérience de Limoges

Reste que Limoges a déjà accueilli des services délocalisés de l’état. A la fin des années 90, le CNASEA a permis l’arrivée de quelques centaines de  fonctionnaires à Limoges.

Plus récemment le service du contentieux de stationnement s’est installé à la caserne Beaublanc. Il emploie 129 fonctionnaires.

La plupart de ces derniers apprécieraient largement la vie en Limousin.
 
Limousin : l'implantation des services publics dans la région ©France Télévisions



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie finances réforme territoriale politique