Crues en Charente : le fleuve pourrait atteindre les 5,60 mètres en fin de soirée, les habitants de Saintes se préparent

durée de la vidéo : 00h01mn17s
La Charente est une nouvelle fois sortie de son lit. Le niveau, à Saintes, pourrait atteindre 5,60 mètres ce samedi 11 novembre. ©France télévisions

Après le passage de la tempête Domingos, les fleuves de la région sortent de leur lit. Les habitants de Saintes, déjà touchés par une crue encore plus importante il y a deux ans, savent déjà comment se préparer.

La Charente poursuit son inexorable montée. Depuis le 9 novembre, le niveau de la Charente à Saintes a dépassé les cinq mètres. Dans l'après-midi, ce samedi 11 novembre, le compteur affiche 5,34 mètres. Alors que des pluies sont annoncées pour la nuit de samedi à dimanche, la Charente pourrait bien atteindre les 5,60 mètres. 

"Dans ces cas-là, il y a beaucoup d'entraide"

Les pieds dans l'eau depuis deux jours, les habitants s'organisent tant bien que mal pour circonscrire les dégâts. Franck Renaudeau, un Angoumoisin, a fait la route jusqu'à Saintes pour sortir sa moto d'un garage qui risquait de prendre l'eau. "Je m'attendais plutôt à voir arriver ce genre de crue vers le début d'année, vers janvier-février. Mais là, on a dû s'organiser parce que c'est monté super vite. Il y a quinze jours, il ne pleuvait quasiment pas." Par endroit, ce sont effectivement jusqu'à six mois de précipitations qui sont tombés en moins de deux semaines.

Jocelyne Renaud, elle aussi, a été prévoyante. Avec en tête, la crue de février 2021, l'habitante de Saintes est allée faire des stocks de nourriture dès lors qu'elle a vu l'eau arriver au bout de sa rue : son frigidaire est rempli. Même si la situation est stressante, Jocelyne Renaud n'est pas angoissée. "Dans ces cas-là, il y a beaucoup d'entraide. Il y a deux ans, chacun venait voir si tout le monde allait bien."

Cette crue que les habitants vivent aujourd'hui est, en effet, importante, mais elle est encore loin de celle de février 2021 où le fleuve a dépassé les six mètres, ou bien celle de 1994 où le compteur était allé au-delà de 6,67 mètres. "C'est une crue décennale comme il nous en arrive environ une ou deux tous les dix ans", rappelle Eric Pannaud, maire sans étiquette de Chaniers une petite commune aux alentours de Saintes. Dans sa commune, cinq routes sont coupées à cause des inondations, mais vendredi soir, certaines habitations commençaient à avoir de l'eau qui pénétrait, mais aucun foyer n'avait eu besoin de relogement.

Jacky Corbion vit à Saintes, non loin du fleuve. Rationnel, il prend les crues avec mesure, car il a l'habitude de voir la Charente prendre ses aises et sortir de son lit. "Quand on achète dans le quartier, on sait à quoi s'attendre, on est en zone inondable", précise-t-il. Cette crue ne l'empêche pas de vivre, il suffit de s'organiser. "Je ne crains rien, ma maison est sur pilotis. Et lorsqu'il y a une crue, on sort les voitures du garage et on remonte quelques affaires à l'étage." Ce soir, le Saintongeais reçoit une dizaine de personnes pour le dîner. Ils passent tous par les bastaings posés sur pilotis le long des murs. Une façon originale de venir souper chez des amis !