Deux-Sèvres : la Banque Alimentaire victime de la fraude aux steaks hachés, l'État jugé défaillant

Publié le Mis à jour le

Le 7 juin dernier, une "tromperie" sur des steaks hachés distribués à des associations caritatives a été révélée. Dans les Deux-Sèvres, La Banque Alimentaire disposait de plusieurs centaines de ces steaks. La commission d'enquête du Sénat s'indigne de l'intraçabilité des carcasses polonaises. 

Le rapport sénatorial rendu ce mercredi 24 juillet déplore qu'il soit impossible de déterminer l'origine des steaks hachés frauduleux fournis à des associations caritatives qui avaient dénoncé leur mauvaise qualité en début d'année.
L'enquête de la commission des affaires économiques du Sénat pointe du doigt "des trous dans la raquette et des défaillances lourdes des autorités de l'Etat concernant les contrôles", a expliqué le rapporteur, Fabien Gay.
Les sénateurs recommandent donc de "muscler" les appels d'offres pour garantir, a minima, la traçabilité des denrées distribuées. "Personne ne peut aujourd'hui déterminer l'origine de la viande contenue dans les steaks hachés distribués dans le cadre du marché public incriminé", indique ce rapport.

Des steaks pauvres en viande


Ces steaks, de très mauvaise qualité, contiennent très peu de viande mais essentiellement du gras et de la peau mixés avec du soja et de l'amidon. Ils ne sont pas dangereux pour la santé mais cette révélation de la répression des fraudes soulève l'indignation. 780 tonnes de ces faux steaks, fabriqués en Pologne, ont été fournies par le Fonds Européen d'aide aux plus démunis et distribuées aux associations caritatives par une entreprise française. 
La Banque Alimentaire des Deux-Sèvres fait partie des victimes de cette tromperie. Elle a reçu plusieurs centaines de ses steaks qu'elle n'a cependant pas distribuer à ses bénéficiaires.

"On n'a pas distribué car on a été alertés avant de les distribuer. Ils vont être repris et ça nous libérera de la place pour mettre autre chose." constate Jean-Michel Pérou, le président de la Banque Alimentaire 79.

Ce stockage de produits non utilisables coûte cher aux associations et la Banque Alimentaire réclame aujourd'hui d'être indemnisée.

"C'est lamentable"

Au-delà du coût économique, c'est le mépris envers les plus pauvres que révèle cette affaire qui choque les responsables d'associations. Michel Fauchon, de l'association "Un toit en Gâtine" estime cette pratique "lamentable".

"Je trouve ça lamentable d'encore appuyer là où ça fait mal sur des gens qui n'ont pas besoin qu'on les enfonce encore plus. Si cette viande était destinée simplement aux gens qui n'ont pas les moyens de s'acheter de la viande correcte, c'est vraiment une catastrophe, une fois de plus." estime-t-il.


Le gouvernement français a annoncé que des poursuites contre le fournisseur incriminé seraient engagées.

Réactions à la Banque Alimentaire des Deux-Sèvres avec le reportage de Dominique Laveau, Alain Darrigrand et Christophe Pougeas :
Deux-Sèvres : des faux steaks hachés à la Banque Alimentaire