Un lycée des Deux-Sèvres adopte un labrador pour apaiser les élèves

Le lycée agricole du Val de l'Ouin à Mauléon dans les Deux-Sèvres a adopté un chien dans le but d'apaiser les difficultés des élèves. Cette expérience déjà en cours dans des établissements accueillant des personnes handicapées, ne concerne que deux lycées en France.
 

Little, le labrador du lycée des Deux-Sèvres.
Little, le labrador du lycée des Deux-Sèvres. © France Télévisions

A Mauléon, Little fait partie de la vie du lycée agricole du Val de l'Ouin.

Little est un labrador âgé de six ans qui a été adopté par l'établissement scolaire. Cette expérience insolite a été lancée par la directrice qui a répondu à une sollicitation de l'association Handi'chiens.

La finalité c'est de favoriser le bien être des élèves au sein de l'établissement, d'apporter quelque chose de doux à des élèves qui sont parfois angoissés par certains aspects scolaires ou qui peuvent rencontrer des problèmes familiaux, le chien apaise. Les jeunes n'ont pas peur du chien, dès qu'ils le voient, il y a moins de bruit dans les couloirs, le chien assiste aussi aux réunions de conseil de discipline, si l'élève pleure, le chien se rapproche de lui, je l'ai constaté lors d'un conseil de discipline. C'est un projet à long terme car le chien restera ici jusqu'à la fin de sa vie. 

Corinne Baudry-Gellé Directrice du lycée du Val de l'Ouin

 

Le labrador est parfois présent dans les salles de cours.
Le labrador est parfois présent dans les salles de cours. © France Télévisions

Little assiste à certains cours dont celui d'éducation culturelle, le labrador est entouré d'une vingtaine d'élèves, c'est une façon originale d'aborder l'enseignement.

 

La présence du labrador dynamise le cours, c'est forcément beaucoup plus agréable. L'ambiance et le relationnel  professeur, élèves, est beaucoup plus facile à mettre en place.

Bérangère Girard, professeure d'éducation socio-culturelle.


Les élèves sont aussi unanimes pour reconnaître les bienfaits de la présence du labrador dans le lycée.
"Il nous apporte de la bonne humeur et de la joie, ça nous calme, ça nous apaise pendant les cours", observe Lola, élève de terminale, bac pro service à la personne.
"On peut tout lui dire en fait, c'est quelqu'un qui ne répète pas et ça nous aide beaucoup, ça nous rassure", renchérit Lisa, élève terminale, bac pro service à la personne.
Selon l'équipe éducative, cette expérience unique permet aux élèves de développer des aptitudes indispensables à leur futur métier.

"Pour nos élèves qui se destinent à travailler dans le domaine du service à la personne, que ce soit la petit enfance ou les personnes handicapées, la relation à l'autre est essentielle, c'est une faculté qu'il faut développer", souligne Bérangère Girard

En France, seuls deux lycées ont choisi de se lancer dans une telle expérimentation.
 

Reportage d'Alain Darrigrand, Marine Nadal et Martine Sitaud

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société