Vaste opération de contrôle du port du masque dans les transports niortais

Les policiers ont procédé à des contrôles dans les bus et à la gare de Niort pour s’assurer que le port du masque et les gestes barrières étaient bien respectés.
 
Contrôle du port du masque à la descente des bus niortais.
Contrôle du port du masque à la descente des bus niortais. © Luc Barré - France TV
A quelques jours de la rentrée scolaire, le préfet des Deux Sèvres a voulu afficher son soutien aux forces de l’ordre en les accompagnant sur le terrain à l’occasion d’une opération de contrôle du port du masque. Ce sont ainsi une vingtaine de policiers tant nationaux que municipaux, qui ont pu vérifier que les usagers des bus niortais respectaient bien le protocole sanitaire.

 Ici dans les Deux Sèvres, nous avons la chance que les personnes fassent preuve d’esprit civique en portant le masque. Il faut le porter. C’est une protection pour soi, et c’est une protection pour les autres.                                                               

Emmanuel Aubry, préfet des Deux Sèvres

Après avoir pu constater que tout se passait bien sur le réseau de bus du centre-ville de Niort, direction la gare SNCF. Les forces de l’ordre se redéployent pour vérifier que les voyageurs arrivant à Niort, de Paris notamment, observent là encore les gestes barrières et arborent bien le masque. Et là encore le protocole sanitaire est bien respecté.

 Il y a eu un temps de pédagogie, il y a désormais un temps de contrôle, avec le cas échéant des verbalisations.

Emmanuel Aubry, préfet des Deux Sèvres

En deux heures de contrôles tant à la gare que dans les bus, aucune contravention n’a finalement été dressée. Depuis le 20 juillet, le port du masque est désormais obligatoire dans  les lieux publics et particulièrement dans les transports en commun. Les contrevenants encourent une amende de 135 euros, qui  s’envolera à 1.500 euros en cas de récidive sous 15 jours.
De nouvelles opérations de contrôle sont d’ores et déjà programmées la semaine prochaine. Elles cibleront particulièrement les scolaires, dont ce sera la rentrée.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité covid-19 santé transports en commun économie transports