Disputandum ouvre le débat sur la directive Seveso

Publié le Mis à jour le
Écrit par Bernard Gouley .

Mercredi 9 octobre à 21h10 sur France 3 NoA, il sera question dans Disputandum de la directive Seveso douze jours après l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen en Normandie.
 



En 1982, dans le nord de l’Italie, un nuage d'herbicide contenant des produits toxiques s'échappe d'une usine chimique et contamine les alentours. Accident qui provoque à la fois des hospitalisations pour les enfants des communes voisines, dont celle de Seveso, et la mort de plusieurs dizaines de milliers d'animaux d'élevage. Cet accident, qui a donné son nom depuis à tous les sites de production classés à risques en Europe,  a exposé les dangers des activités industrielles chimiques en milieu urbain.



157 sites sont concernés par cette directive Seveso en Nouvelle Aquitaine dont 7 sur la Presqu’île d’Ambès.



En Nouvelle Aquitaine, près de 90.000 personnes résident à proximité d’un site Seveso «  seuil haut ». Les populations ont appris à vivre avec ce risque permanent. En Gironde le dernier accident en date remonte au  3 avril 2016 à Bassens. Ce jour- là, par miracle,  l’explosion d’un camion -citerne d’une usine Seveso n’avait pas fait de victime mais une catastrophe aurait pu se produire.



Pascal Cagnato s’intéressera à ces sites sensibles souvent installées en zone d’habitation. Est-il possible de mieux sécuriser ces sites ? Si oui, comment ? Faut-il déplacer les usines sous directive Seveso des zones urbaines ? La population est-elle suffisamment rassurée ?

Les invités
  • Olivier Pairault, responsable DREAL 33
  • Hervé Gayrard, maire de Bayon 33
  • Christian Vignaud-Saunier, président association de riverains du Bec d’Ambes.
Disputandum ce soir sur NoA à 21h10

Pour regarder France 3 NoA :

Orange : 339

SFR : 455

Free : 356

Bouygues : 337

Fransat : 325

 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité