Après les mesures annoncées par Gabriel Attal, une nouvelle journée de revendication pour les agriculteurs en Dordogne

Comme leurs collègues des autres régions, les agriculteurs de Dordogne restent mobilisés ce mercredi 21 février, à trois jours de l'ouverture du Salon International de l'Agriculture et alors que le Premier ministre vient d'annoncer une nouvelle série de mesures pour tenter d'apaiser le conflit.

Le gouvernement parviendra-t-il à calmer la colère des agriculteurs ? Mardi 20 février, Emmanuel Macron recevait la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs. Le lendemain, ce mercredi, c'est le Premier ministre Gabriel Attal qui a donné une conférence de presse pour tenter d'éteindre le brasier agricole depuis Matignon.
Une urgence, trois jours avant l’ouverture du salon de l’Agriculture. Au menu, la réécriture du projet de loi prévu initialement prévu, dont l'application avait été suspendue en raison des manifestations. 

Le préfet de la Dordogne à l'écoute des agriculteurs

Les annonces seront-elles suffisantes pour que les professionnels baissent les armes, alors qu'ils se sentent enfin en position de force ? Rien n'est certain. Sur tout le territoire, ils se disaient prêts ce matin encore à continuer leur mouvement "tant que les engagements du gouvernement ne seront pas tenus ".

En Dordogne, le sous-préfet de Bergerac, Frédéric Carré, s'est rendu, mardi 20 février, dans deux exploitations pour écouter les doléances des exploitants et expliquer la position du gouvernement, et les retombées départementales espérées après les annonces.

Les banques à nouveau ciblées

Mais les agriculteurs entendent bien maintenir la pression. Ce mercredi, de nouvelles actions sont prévues, notamment à l'appel de la Coordination Rurale, qui s'est retrouvée avec plusieurs tracteurs dès ce matin sur la place Gambetta de Montpon-Ménestérol. Le cortège a prévu de se déplacer cet après-midi devant les banques de Montpon.

À Bergerac, une manifestation doit se tenir en début d'après-midi, aux alentours de 14h, devant le siège du Crédit Agricole de Saint-Laurent des Vignes, là aussi pour demander des reports de suivi d'annuité pour 2024 afin d'assurer une trésorerie aux exploitants. Une délégation d'exploitants doit être reçue à 18 h au siège de la banque.

 La FDSEA et les Jeunes Agriculteurs ont annoncé de leur côté des contrôles d'étiquettes dans les grandes surfaces à partir de jeudi et dans les jours qui viennent.

Un nouveau texte pour "renforcer" la loi Egalim

Ce mercredi, lors de sa conférence de presse, le Premier ministre a annoncé faire marche arrière sur le plan Écophyto, porté par les écologistes, mais contesté par la FNSEA. L'indicateur de mesure actuellement utilisé va être abandonné.
Autre point de discorde, la loi Égalim. Le gouvernement veut présenter avant l'été un nouveau texte de loi pour "renforcer le dispositif Egalim", devant permettre une meilleure rémunération des agriculteurs dans le cadre des négociations entre distributeurs et fournisseurs agro-industriels. Dans cet objectif, une mission parlementaire est confiée aux députés Alexis Izard (Renaissance) et Anne-Laure Babault (MoDem). Leurs conclusions serviront de base à la préparation d'un nouveau texte de loi.
Par ailleurs, la venue des saisonniers étrangers dans les exploitations françaises sera facilitée, a déclaré Gabriel Attal.