Coronavirus : le quotidien des gendarmes de la Dordogne

Depuis l'entrée en vigueur du confinement, les gendarmes de la Dordogne se mobilisent. Quelles sont leurs principales missions ? Comment s'organisent-ils ? Voici à quoi ressemble leur quotidien. 
L'escadron de gendarmerie mobile de Périgueux, elle aussi mobilisée en cette période de confinement.
L'escadron de gendarmerie mobile de Périgueux, elle aussi mobilisée en cette période de confinement. © Elsa Arnould
"Le moral est bon" assure le colonel Louis Pauty. "C'est une crise assez exceptionnelle, personne n'a jamais vécu ça ! On observe un vrai investissement, une vraie conscience professionnelle" poursuit le patron du groupement de gendarmerie de la Dordogne. 


Tous sur le pont

Au total, 587 militaires sont mobilisés à travers le département. En cette période de crise, aucune permission n'est accordée. "Nous devons être présents ! Notre devoir, c'est de faire en sorte que les malades du covid-19 soient moins nombreux" explique Louis Pauty.
 
Le colonel Louis Pauty, à la tête du groupement de gendarmerie de la Dordogne.
Le colonel Louis Pauty, à la tête du groupement de gendarmerie de la Dordogne. © Gendarmerie de la Dordogne

Pour mener cette mission à bien, la gendarmerie concentre son action sur les contrôles routiers. Sur les autoroutes, les axes principaux et secondaires ; les gendarmes vérifient l'identité des conducteurs ainsi que les motifs de leurs déplacements. Depuis le début du confinement, pas moins de 3 000 véhicules sont contrôlés chaque jour. 
Les gendarmes de la Dordogne lors d'un contrôle routier.
Les gendarmes de la Dordogne lors d'un contrôle routier. © Gendarmerie de la Dordogne


Des dossiers remis à plus tard

Face à la crise sanitaire, la gendarmerie de la Dordogne a dû revoir toute son organisation. "Tout ce qui peut être reporté est reporté" indique le colonel. "Certaines enquêtes seront traitées plus tard. Par exemple, lorsque l'auteur des faits est connu ou que le préjudice est acté" détaille Louis Pauty.


Augmentation des violences intrafamiliales et baisse de la délinquance

Depuis le début du confinement, les gendarmes constatent une très nette augmentation des violences intrafamiliales. En Dordogne, elles ont bondi de 50% en l'espace de trois semaines. À contrario, ils notent une baisse importante de la délinquance. Mais le colonel Pauty met en garde : "Au niveau national, on voit que la délinquance fait elle aussi du télétravail ; il y a une recrudescence d'arnaques sur internet. Ce phénomène ne s'observe pas encore en Dordogne, mais nous restons vigilants".
Capture d'écran de la plateforme "Arrêtons les violences"
Capture d'écran de la plateforme "Arrêtons les violences"
  


Des brigades toujours ouvertes

Afin d'assurer la continuité du service public de sécurité, l'accueil se poursuit dans les brigades. Pour recevoir le public et ainsi lutter contre la propagation du virus, les locaux sont désinfectés deux fois par jour. 

Les équipes ont elles aussi adopté de nouveaux gestes. Avant et après chaque prise de service, elles nettoient leurs voitures et leurs équipements. "Un peu comme quand on nettoie son arme, c'est devenu l'acte réflexe du combattant" explique le colonel Pauty. 

En ce qui concerne la vie dans les casernes, chacun est responsable de son environnement. Comme partout, les rassemblements sont interdits ; les gendarmes et leurs familles restent confinés. "Je m'appuie sur les réseaux sociaux et notamment sur WhatsApp pour faire passer certaines informations aux familles" indique Louis Pauty. 


Un quotidien partagé sur les réseaux sociaux

Très présents sur les réseaux sociaux, les gendarmes périgourdins partagent leur nouveau quotidien sur Facebook et Twitter. Il y a quelques jours, ils publiaient cette photo prise devant une pizzeria située à Eymet. 
Ils ont également immortalisé et partagé ce moment insolite : une femelle calopsitte venue se poser sur leur gyrophare.
Décidemment bien rôdés à l'utilisation des réseaux sociaux, les gendarmes de la Dordogne proposent également une série de courtes vidéos intitulée "Bleu". Consacré aux contrôles routiers, le premier épisode est disponible ci-dessous :  
Avec ces vidéos, les gendarmes souhaitent mettre en valeur leur travail dans ce contexte de confinement. "Nous allons publier une vidéo tous les quatre jours. Nous aborderons plusieurs thèmes comme la logistique, l'entretien des véhicules... L'idée c'est d'intéresser le public !" détaille le chef des gendarmes de la Dordogne. Prochain épisode à découvrir très prochainement sur la page Facebook de la gendarmerie de la Dordogne

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société coronavirus - confinement : conseils pratiques sécurité violence faits divers violence conjugale famille