Dordogne : la justice plus vigilante sur le respect des règles de sécurité à la chasse

A quelques jours de la reprise des battues aux sangliers, le 15 août, les autorités judiciaires dordognaises annoncent un durcissement des sanctions contre les chasseurs qui ne respectent pas les règles de sécurité.

En Dordogne, les autorités veulent rappeler les chasseurs au respect des règles de sécurité.

Au cours de la dernière saison de chasse, dix accidents sont survenus dans le département. Aucune victime humaine n'est à déplorer, mais quatre chiens et un bovin ont été tués et quatre voitures ont été touchées par des balles perdues.

Face à ce danger persistant, la procureure de Bergerac, Odile de Fritsch, a annoncé, le 5 août, un durcissement des sanctions.  Au vu de l'augmentation du nombre de bêtes dans le département et des dégâts qu'elles causent sur les récoltes et sur la sécurtié routière "l'autorité judiciaire est convaincue de l'utilité de la chasse" a assuré la magistrate tout en rappelant l'importance d'exercer cette activité en toute sécurité. 

Il est nécessaire de se doter de cette politique pénale qui aura pour objectif de sensibiliser à la sécurité à la chasse.

Odile de Fritsch, procureure de Bergerac

Il est, par exemple, strictement interdit de circuler dans une voiture avec un fusil prêt à tirer. L'arme doit être systématiquement déchargée, démontée et rangée dans son étui. Amende, suspension des permis de chasse, saisie des armes, stage de formation seront donc appliquées en cas de non respect de ces consignes. 

Une police de l'environnement 

Pour faire respecter ces règles, l'Etat dispose de la gendarmerie et de l'Office français de la biodiversité, qui agit comme une police de l'environnement. Son rôle principal: "contrôler et établir un procès verbal à destination des procureurs qui eux prendront des décisions et établiront les responsabilités des uns et des autres", explique Emilie Dubois, cheffe de service départemental de l'Office français de la biodiversité. 

En Dordogne, l'Office français de la biodiversité dispose de dix-sept agents, pour 17.000 chasseurs recensés. Une population en baisse, contrairement aux sangliers. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
accident de chasse accident chasse justice société police sécurité