Dordogne : le fugitif armé toujours recherché au Lardin-Saint-Lazare, la population reste confinée

Une opération de gendarmerie est en cours depuis dimanche 30 mai au Lardin-Saint-Lazare pour interpeller un homme armé et dangereux. Le Préfet de Dordogne a invité les habitants de la commune à rester chez eux. Les écoles sont fermées ce lundi dans le secteur. 

Un important dispositif de gendarmerie a été mis en place et des routes sont coupées à la circulation.
Un important dispositif de gendarmerie a été mis en place et des routes sont coupées à la circulation. © Gendarmerie Nationale

Ce lundi matin, un homme armé et dangereux est toujours recherché dans un bois du village du Lardin-Saint-Lazare, un village à une trentaine de kilomètres de Sarlat. L'individu connaît bien les environs et sait évoluer avec aisance en forêt. La population est appelée à rester chez elle. 

Le secteur a été bouclé, toutes les routes accédant à la RN89 dans le secteur du Lardin-Saint-Lazare ont été fermées à la circulation afin de faciliter l'interpellation de cet homme. 
Tous les moyens ont été mis en oeuvre pour éviter qu'il ne quitte cette zone de quatre kilomètres carrés. Les gendarmes ont fait appel à des brigades cynophiles, ainsi qu'à des hélicoptères pour le localiser et des véhicules blindés sont sur place. 
Le préfet de la Dordogne Frédéric Périssat indique ce dimanche soir que cette opération peut être longue. : "Notre objectif est d'interpeller cet individu sans effusion de sang. (.. ) éviter toute perte humaine."
 

Selon le général de gendarmerie, André Pétillot, les négociateurs du GIGN ont pu entrer en contact avec le forcené. Les GIGN de Toulouse et de Satory, en région parisienne, ont été en intervention diamnche 30 mai sur les lieux et plus de 300 gendarmes sont engagés, ainsi que des équipes cynophiles. Deux négociateurs ont été par ailleurs en mission sur place. 
En début de matinée, il a ouvert le feu sur trois voitures de gendarmerie et sur l'un des hélicoptères survolant la zone.

L'homme, qui a 29 ans selon la gendarmerie, "est lourdement armé...il est sportif et se déplace rapidement", a indiqué à l'AFP Francine Bourra, la maire du Lardin-Saint-Lazare.
"On l'a localisé dans un périmètre de 4 à 5 km mais c'est une zone boisée, difficile d'accès", a ajouté Mme Bourra.

"Il dispose d'une arme de grande chasse, une arme puissante et qui est effectivement une arme dangereuse", a précisé à la presse le général André Pétillot. Selon une source proche du dossier, il s'agit d'une Winchester de calibre 30-30 qui sert notamment à la chasse au sanglier.
"C'est quelqu'un qui connaît bien la zone et qui évolue avec une certaine aisance", a souligné le général Pétillot.

"Les forces de gendarmerie essaient de le fixer...  le contact a été établi à plusieurs reprises de manière sporadique mais cela s'est ensuivi de coups de feu de l'individu. Chaque fois qu'il y a eu contact il a ouvert le feu", a raconté sur place à la presse le préfet de Dordogne en fin de journée. 

Le reportage de nos confrères de France 3 Périgord ce dimanche 30 mai > 

Le fugitif recherché en Dordogne

L'homme sortait de prison  

Les recherches ont commencé dans la nuit de samedi à dimanche après que l'homme de 29 ans, ancien militaire, père de trois enfants, a tiré à plusieurs reprises sur des véhicules de gendarmerie. Le drame a commencé dans la nuit: "Vers minuit, l'homme, ex-concubin d'une jeune femme, se présente à son domicile où il exerce des violences sur le nouvel ami de cette dernière", a expliqué la gendarmerie. Les gendarmes avaient été appelés par des voisins alors que le trentenaire alcoolisé s'était rendu chez son ancienne concubine pour s'en prendre à son nouveau compagnon.
"Quand la gendarmerie s'est présentée, l'individu a ouvert le feu sur les véhicules et ensuite il s'est échappé dans une zone boisée à proximité du village", a précisé le préfet Périssat.
Dans sa fuite, le suspect a endommagé gravement deux véhicules de service de la gendarmerie, selon la gendarmerie.

Le père de famille porte un bracelet électronique et venait de sortir de prison où il avait effectué une peine pour violences conjugales. Il a été condamné à quatre reprises pour ce type de violence. La dernière fois en 2020.

Selon des sources proches de l'enquête, le suspect est un ancien militaire qui a été dans l'armée de 2011 à 2016. D'origine périgourdine, il a appartenu au régiment d'infanterie de Brive. 
Le suspect "avait été incarcéré pour violences conjugales et c'est pour cela qu'il portait un bracelet électronique", a dit à l'AFP la maire du village.

Un périmètre de sécurité a été mis en place. Les habitants du village de 1800 Habitants ont été invités à rester chez eux. Le Préfet de Dordogne, Frédéric Périssat,  les a prévenus: " Ce sera forcément long, les habitants doivent prendre leur mal en patience".

"On sait qu'il est dans le périmètre, qu'il n'est pas loin, c'est une situation très angoissante", a confié une habitante du village. 
Le préfet a annoncé en début de soirée que l'école du Lardin-Saint-Lazare et de communes voisines seront fermées ce lundi matin et les transports scolaires arrêtés. 

Un gros dispositif de gendarmerie est sur place.

Au total plus de 300 militaires, le GIGN, des équipes cynophiles et sept hélicoptères sont toujours mobilisés pour appréhender l'individu. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers violence conjugale société