Le Grand Périgueux relooke son réseau de bus

Des carrefours sans terre-plein central pour faciliter le passage des bus. / © Egis
Des carrefours sans terre-plein central pour faciliter le passage des bus. / © Egis

Le Grand Périgueux vient de lancer les travaux du BHNS, le bus à haut niveau de service. Un chantier de 10 millions d’euros.

Par Bertrand Lasseguette

Comme à Bordeaux, l’agglomération de Périgueux, se lance dans le BHNS, le bus à haut niveau de service, une version new look de ce transport en commun qui consiste à aménager la voirie pour gagner en rapidité.

Les travaux, prévus pour durer toute l’année au minimum, ont débuté il y a trois semaines sur la place Faidherbe, à quelques mètres du pont des Barris, dans le quartier Saint-Georges de Périgueux. Les pelleteuses bouleversent la voirie existante, en supprimant le rond-point, pour faciliter le passage des bus. La flotte de Péribus empruntait déjà ce passage, mais à l’avenir la manœuvre pour les chauffeurs devrait être plus simple.

En revanche, pour les automobilistes, ça risque de se corser. De nouveaux feux (rouge) vont voir le jour, qui donneront la priorité aux bus.

Un parcours plus simple et plus rapide pour les bus.

Pour résumer la philosophie de l’opération, les bus devraient rouler plus vite et ainsi inciter de nouveaux usagers à utiliser les transports en commun.

Le BHNS de Périgueux se déploiera dans un premier temps sur un axe Est-Ouest. Il ne concernera pas l’ensemble du réseau, mais un parcours entre le rond-point Mériller de Coulounieix-Chamiers et l’Agora de Boulazac.
Le chantier d’un coût total de 10 millions d’euros va se réaliser en trois phases comme vous pouvez le voir sur ce plan.
Le calendrier des travaux. / © Grand Périgueux
Le calendrier des travaux. / © Grand Périgueux


Pour compléter, le travail sur la voirie, plusieurs parking-relais vont être mis en place, pour que les personnes extérieures à l’agglomération puissent garer gratuitement leur véhicule et continuer en empruntant le bus. Un de ces parkings est d’ailleurs déjà disponible à Coulounieix-Chamiers auprès de la vieille locomotive de Mériller.

Cette modernisation des parcours s’accompagnera d’une refonte globale du réseau Péribus. Des arrêts vont être supprimés, des lignes changer d’itinéraire. La manière de vendre les tickets devrait elle aussi évoluer. Une petite révolution qui devrait se préciser à la rentrée de septembre 2018.

Sur le même sujet

Interview de Bruno Belin, président du conseil départemental de la Vienne

Les + Lus