62 TER rénovés à Périgueux : 180 Millions d'Euros et 6 ans d'activité garantis pour le Technicentre

Le partenariat signé aujourd'hui entre la SNCF et la Région Nouvelle-Aquitaine pour la rénovation de ses TER permettra de garantir l'activité entre 2024 et 2030. Un soulagement pour les 450 employés du Technicentre inquiets pour leur avenir depuis plusieurs années

De l'activité jusqu'en 2030

C'est porteur d'une bonne nouvelle que le Président de Région est venu au Technicentre Industriel Charentes-Périgord à Périgueux ce mardi. En accord avec la SNCF, la Région entame la rénovation et la modernisation de 62 TER. Un programme de rénovation qui garantira l'activité du site entre 2024 et 2030. L'opération frôle les 180 Millions d'€uros et vise à redonner un coup de jeune aux Automoteurs Grande Capacité (AGC ) arrivés à 20 ans d'âge et censés tenir encore 15 à 20 ans supplémentaires.

931 trains dans toute la France

Pour la SNCF, le programme ne concerne pas que la Nouvelle-Aquitaine car l’ensemble des trains AGC et TER2N Ng mis en service en France depuis 2004 doit subir une rénovation complète, appelée « Opération Mi-Vie » (OPMV). Un marché potentiel total de 931 trains dans 11 régions, soit 40% du parc TER en France.

Pas que du cosmétique

L'opération doit permettre d'améliorer à la fois l'esthétique et le confort, notamment en se mettant aux normes handicapés et en offrant plus d'espace mais aussi l'écologie et la fiabilité du matériel. Les nouveaux trains devraient notamment être équipés de filtres anti-particules, de sondes permettant une meilleure climatisation moins gourmande en énergie, et des systèmes de stationnement moins énergivores produisant donc moins de CO2.

Démontage complet

Pour aller au fond des choses, les trains devront être entièrement démontés, les pièces conservées seront inspectées puis repeintes avant d'être remontées. Plus luxueux, plus durable et moins gourmand en énergie, ces trains acquis entre 2006 et 2010 par la Région s'offrent ainsi une seconde vie.

Les TER sur la voie verte

Pour verdir encore plus ses ligne, la Région a signé un protocole avec SNCF et Bombardier Transports pour un projet expérimental : le Projet BEMU. Il s'agit de transformer une rame AGC motorisée « Diesel + Caténaire » en une rame motorisée « Batteries + Caténaire ». Un prototype qui pourrait être testé en service commercial sur les lignes de Nouvelle-Aquitaine dès le printemps 2023 et pendant une année. Si le test s'avère satisfaisant, la nouvelle motorisation pourra être déployée sur les rames AGC devant être rénovées, voire sur celles déjà rénovées.

Les syndicats heureux, mais vigilants

Bonne nouvelle reçue comme il se doit par les syndicats du Technicentre inquiets pour leur avenir depuis plusieurs années. Olivier Riffet, élu CGT-cheminots du technicentre se rappelle encore des combats menés en 2017 pour garantir la charge de travail, alors que le site semblait péricliter. À l'époque, la rénovation des trains de nuit avait permis de maintenir l'activité jusqu'en 2023. Aujourd'hui, ce nouveau programme devrait prendre le relais et garantir l'activité jusqu'en 2030. Question des syndicats : le fera-t-il pour une partie ou pour la totalité des 450 salariés du site ?  Et question subsidiaire, la charge de travail pourrait-elle permettre l'emploi de la soixantaine d'intérimaires qui tournent régulièrement sur les chaînes ? 

durée de la vidéo: 00 min 39
Olivier Rifet Élu CGT-cheminots Technicentre SNCF Périgueux ©France 3 Périgords

 

FR Rechercher 1 Image d'avatar Le technicentre SNCF de Périgueux rénovera les TER de Nouvelle-Aquitaine ©France 3 Périgords

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région nouvelle-aquitaine transports économie sncf trains régionaux