Bergerac : le Centre de Formation des Apprentis manque toujours de bras

Le centre de formation des apprentis à Bergerac manque de bras / © France 3 Périgords - Florian Rouliès & Pascal Tinon
Le centre de formation des apprentis à Bergerac manque de bras / © France 3 Périgords - Florian Rouliès & Pascal Tinon

Une filière où l'emploi est garanti, ça existe. Les métiers de l'hôtellerie-restauration sont toujours en manque de main d'oeuvre et les centres d'apprentissage, voie royale pour y accéder, sont à la recherche de candidats pour répondre à la demande de plusieurs dizaines d'entreprises locale

Par Pascal Faiseaux

Déficit d'image

Si la tendance s'inverse lentement (on a enregistré une hausse nationale de plus de 8% du nombre d'apprentis cette année), le combat peine toujours à être gagné. L'apprentissage ne séduit pas autant qu'il le devrait, alors même que les chances d'obtenir un emploi y sont élevées. Au Centre de Formation pour Apprentis du Grand Bergeracois à La Moulette on forme 200 élèves de 16 à 30 ans chaque année. Des formations en cuisine, service en hôtellerie cuisine et restauration, coiffure, mécanique automobile ou vente.

Taux de réussite record

Ici, à l'issue d'une formation passée pour un tiers au CFA et le reste en entreprise, 90% des élèves obtiennent leur diplôme (CAP, BP ou bacs pros), et plus de 80 % d'entre eux accèdent à l'emploi directement à l'issue de leur apprentissage. 

Un intérêt pour les entreprises

Les entreprises locales viennent régulièrement puiser dans ce vivier qui lui permet d'accéder à une main-d'oeuvre certes pas encore totalement formée, mais nettement moins chère qu'un plein emploi. La contrepartie de leur engagement à former les élèves. Une formule qui les intéresse tant que le CFA ne peut pas répondre à toutes les demandes. Il cherche toujours une 30 aine d'apprentis pour répondre à la demande. L'an dernier il y en avait 50. Et plus spécialement dans les métiers de bouche. Un secteur toujours pourvoyeur d'emploi mais exigeant. Mais le CFA ne désespère pas, pour eux la rentrée n'est pas tout à fait terminée, des inscriptions tardives peuvent avoir lieu jusqu'en fin d'année.

Changement de décisionnaires pour "coller au terrain"

Jusqu'alors, la Région déterminait les formations dispensées par chaque CFA. Dés l'an prochain, ce seront directement les branches professionnelles qui choisiront quelles formations sont nécessaires pour répondre à leurs besoins. Une manière de former les candidats au plus près des besoins du terrain.
 
L'apprentissage manque de bras
A Bergerac, le CFA peine à répondre à la demande des employeurs, une trentaine de demandes d'apprentis essentiellement en restauration est toujours en attente. L'an dernier il y en avait une cinquantaine.  - France 3 Périgords - Florian Rouliès & Pascal Tinon

Sur le même sujet

L'empreinte de Kelly Slater

Les + Lus