BTP : pendant le confinement, le chantier continue !

C'est une des grandes différences avec le premier confinement : les artisans et entrepreneurs du bâtiment sont autorisés à continuer le travail en dépit des mesures sanitaires. Mais autorisation ne veut pas dire absence de précaution, et les chantiers peuvent aussi subir de gros retards
Les travaux du bâtiment peuvent continuer pendant le confinement
Les travaux du bâtiment peuvent continuer pendant le confinement © France 3 Périgords - Pascal Faiseaux
Pendant le confinement, les chantiers restent ouverts, mais pas n'importe comment. Les chefs d'entreprise doivent avant tout prendre leurs précautions pour assurer la sécurité de leurs ouvriers.
Les chantiers pendant le Covid c'est possible, mais masqué et avec des précautions
Les chantiers pendant le Covid c'est possible, mais masqué et avec des précautions © France 3 Périgords - Pascal Faiseaux
Ils doivent par exemple veiller à laisser des distances de sécurité entre les personnes, et donc accepter que les chantiers se fassent moins rapidement, avec moins de personnels sur place. Le risque étant qu'une personne contaminée sur un chantier puisse rendre l'ensemble des ouvriers cas-contact, et donc stopper l'ensemble des travaux.

Si le premier épisode de confinement de ce début d'année nous a contraint à un arrêt quasi-général des entreprises du bâtiment, le contexte est aujourd'hui différent ! En effet, nous connaissons et mettons déjà en pratique les règles qui permettent d'assurer la sécurité de nos salariés et de nos clients.

Frédéric Liogier Président de la Confédération de l'Artisanat et des Petites entreprises du Bâtiment

 
Le Président de la CAPEB 24 se réjouit de la poursuite d'activité dans son secteur, mais appelle à la prudence des professionnels
Le Président de la CAPEB 24 se réjouit de la poursuite d'activité dans son secteur, mais appelle à la prudence des professionnels © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï
L'autre soucis, c'est l'approvisionnement. Un chantier, c'est énormément de matière première. Fournitures électriques, métallurgie, huisseries, béton, charpente, outillage : un seul fournisseur fait défaut, toute la chaîne s'enraye et ce sont des semaines de retard qui s'accumulent.
Les artisans sont totalement dépendant de leurs fournisseurs en matière première
Les artisans sont totalement dépendant de leurs fournisseurs en matière première © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï
Le premier confinement avait été catastrophique pour l'approvisionnement en fournitures, avec de nombreuses ruptures de stock dans les entreprises qui travaillent à flux tendu.
Les choses se sont un peu mieux organisées pour ce deuxième confinement, mais restent compliquées
La hantise des artisans, et de leur client, un chantier qui s'arrête, faute de fournitures
La hantise des artisans, et de leur client, un chantier qui s'arrête, faute de fournitures © France 3 Périgords - Pascal Faiseaux

Chez ce fenêtrier de Périgueux, qui travaille pourtant avec une usine locale de Saint-Jory de Chalais, on est passé d'un délai de 3 à 5, voire 6 semaines pour la livraison d'une fenêtre sur mesure. Et plus on attend, plus les délais s'allongent.
La matière première arrive au compte-goutte, et il faut anticiper les commandes.
Lors du premier confinement, les travaux ont été retardés, entraînant une saturation des demandes de chantier par la suite
Lors du premier confinement, les travaux ont été retardés, entraînant une saturation des demandes de chantier par la suite © France 3 Périgords - Pascal Faiseaux

À Agonac, un maçon explique que la charpente qu'il avait demandée pour une rénovation arrivera avec un mois de retard par rapport à d'habitude. Et sans charpente, pas question de découvrir l'existante et d'entamer son chantier. C'est tout son planning et celui de ses équipes qu'il a fallu réorganiser, avec des conséquences en cascade pour ses clients.
 
En Dordogne, le monde du BTP poursuit ses chantiers
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société entreprises économie