Espace de stockage ou décharge illégale : une polémique encombrante à Monpon-Ménestérol

En achetant cette maison en Dordogne, ce couple de retraités n'imaginait pas qu'il aurait en face de chez lui l'équivalent d'une décharge à ciel ouvert. Pour le responsable de ce dépôt d'encombrants, il ne s'agit que de stockage temporaire. Bisbille.

Face à la maison qu'elle a acheté pour sa retraite, Christine a vu s'amonceler les encombrants
Face à la maison qu'elle a acheté pour sa retraite, Christine a vu s'amonceler les encombrants © France 3 Périgords - Jeanne Meyer & Delphine Roussel-Sax

Décharge : nm. Emplacement où sont déposés les décombres et les immondices (Petit Larousse). 
Stockage : Action de stocker, de conserver un produit en attente, en vrac ou en charge unitaire. (Petit Larousse)

Selon le point de vue, il peut s'agir de l'un ou de l'autre. Mais dans les deux cas, Christine et Jean-Pierre n'en peuvent plus de ce tas de matériaux sans cesse renouvelé devant leur maison.

Bien embêté par cet encombrant voisinage, Jean-Pierre et Christine ne savent plus vers qui se tourner
Bien embêté par cet encombrant voisinage, Jean-Pierre et Christine ne savent plus vers qui se tourner © France 3 Périgords - Jeanne Meyer & Delphine Roussel-Sax

Un petit coin de paradis

Cette maison, ils l'ont achetée en 2018. Un petit coin de campagne périgourdine verdoyante en bordure de l'Isle avec un patrimoine bâti à rafraîchir, une maison d'époque devant l'ancienne papeterie des Moulineaux.

Mais six mois plus tard, le plaisir est gâché. Le couple commence à voir arriver des engins qui déchargent des encombrants sur la parcelle voisine. Et depuis, tuiles, bois, tubes de métal, bidons, gravats, baignoires ou casiers, c'est une mini-déchetterie qui s'est invitée à quelques mètres de leur propriété.

Il faut avouer que si ce n'est pas une décharge (illégale), le site y ressemble tout de même un peu
Il faut avouer que si ce n'est pas une décharge (illégale), le site y ressemble tout de même un peu © France 3 Périgords - Jeanne Meyer & Delphine Roussel-Sax

Risque de pollution

Il faut dire que la vue de ces tas de ferraille, machine à laver ou gravats n'est non seulement pas esthétique, mais le couple craint également qu'il soit polluant si des produits se déversent et se répandent, notamment en cas d'inondation.

Des matériaux en attente de recyclage et d'évacuation dans un centre de déchets...
Des matériaux en attente de recyclage et d'évacuation dans un centre de déchets... © France 3 Périgords - Jeanne Meyer & Delphine Roussel-Sax

Rien d'illégal ?

Sauf que, à priori, l'activité n'est pas illégale. Ces tas d'encombrants sont entreposés là par une société girondine de démolition, propriétaire des lieux, en attente de les évacuer ou de les recycler vers les marchands de ferraille ou déchetterie. Activité normale d'un artisan agréé.

La mairie ne s'engage pas

Sollicitée, la municipalité de Montpon-Ménestérol s'est rendue sur place en septembre dernier. Mais après avoir vu les lieux, la maire Rozenn Rouiller se refuse à user de son droit de police comme l'y autorise l'article L. 541-3 du code de l'environnement. Si elle le faisait, elle pourrait ordonner au détenteur de ces objets de s'en défaire dans les conditions prévues par la réglementation en vigueur.

Pour Rozenn Rouiller, Maire Montpon Menestérol, le préjudice esthétique n'est pas suffisant pour justifier l'intervention de la Mairie dans ce conflit de voisinage
Pour Rozenn Rouiller, Maire Montpon Menestérol, le préjudice esthétique n'est pas suffisant pour justifier l'intervention de la Mairie dans ce conflit de voisinage © France 3 Périgords - Jeanne Meyer & Delphine Roussel-Sax

Sauf que selon elle, il n'y a pas mise en cause de l'ordre public. La gêne est essentiellement "esthétique" et ne justifie donc pas l'intervention de la mairie. De plus, elle affirme que cette démarche serait vaine car l'expérience montre que les précédents ont été systématiquement déboutés par le Tribunal Administratif.

Parcours du combattant

Après ce refus, et après avoir en vain fait signer une pétition et alerté le Procureur de la République, le couple s'est tourné vers la Préfecture de Dordogne. Cette dernière l'a invité à s'adresser aux services compétents, à savoir la Direction Régionale de l’Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL). Un parcours du combattant auquel le couple de retraités ne s'attendait pas en achetant leur petite propriété en Périgord.

Ils se plaignent de dépôts d'encombrants en face de chez eux ©France 3 Périgords

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique société