Cet article date de plus de 3 ans

Grande distribution vs agriculteurs : bras de fer sarladais demain à Bergerac

L'affaire remonte à 2015 et à l'instar de la récente "guerre du beurre",  elle illustre la rupture de dialogue (et de confiance ?) entre agriculteurs français et grande distribution. Suite à la plainte des groupes Casino, Lidl, Leader Price et Leclerc, 20 agriculteurs comparaissent demain à Bergerac
Ils avaient prévu un blocage de la ville, mais sur les conseils de leurs avocats ils se contenteront d'une manifestation de soutien ce 21 novembre à Bergerac. La FDSEA, les Jeunes Agriculteurs (JA), la Fédération départementale des producteurs de lait et la Section bovine de Dordogne rassemblera membres et sympathisant à 13h30 devant le tribunal de Bergerac. A l'heure où débutera l’audience de 20 agriculteurs du Sarladais par le tribunal correctionnel. Ces derniers ont à répondre aux plaintes déposées par les groupes Lidl, Leader Price et Casino, ainsi que par le parquet de Bergerac, pour les dégradations qu'ils ont occasionnées à Sarlat lors des manifestations du 20 août 2015.

Ce jour-là, 200 éleveurs avaient manifesté contre la chute du prix du lait et de la viande. Une irruption "musclée" dans les grandes surfaces qui s'était traduite par des dépôts de lisier sur les parkings, ou des lâchers de porcelets dans les rayons. Les grandes surfaces ont également dénonçé des vols de denrées alimentaires. À l’époque, un jeune agriculteur avait même été placé en garde à vue.

Motif de la colère à l'époque, l'étranglement financier dont sont victimes les producteurs, dans la guerre des prix que se livrent les distributeurs. Deux ans après, les agriculteurs soutenus par la FDSEA, les JA, la FDPL et la Section Bovine de Dordogne font bloc, tant sur le plan moral que financier. Union qui leur semble d'autant plus essentielle au  moment où se déroulent les Etats Généraux de l’Alimentation et les négociations commerciales automnales entre grande distribution et industriels. Des accords dont ils estiment qu'ils feront une nouvelle fois les frais.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculteurs en colère agriculture économie crise économique