Grippe aviaire : les volailles landaises interdites en Dordogne

Pour tenter d'endiguer la progression de l'épidémie qui sévit dans les Landes, la Préfecture de la Dordogne vient d'interdire l'importation des volailles en provenance de ce département.

Les éleveurs d'oies et de canards à la peine entre crise de la grippe aviaire et coronavirus.
Les éleveurs d'oies et de canards à la peine entre crise de la grippe aviaire et coronavirus. © E.Arnoult/F3Aquitaine

Impossible de manquer le message de la Chambre d'Agriculture qui s'affiche sur sur son compte Twitter et la page d'accueil de son site depuis hier lundi 11 janvier. Aucune volaille issue des élevages landais ne peut désormais être importée en Dordogne. Une restriction destinée à lutter, si possible contre la propagation du virus de l'influenza aviaire qui touche durement les élevages des Landes où plus de 400 000 canards ont déjà été abattus et plus de 170 foyers de grippe ont été confirmés lundi 11 janvier.

La mesure concerne notamment les oeufs à couver, les poussins, les oisons et les canetons nés dans les couvoirs landais. Les éleveurs de canards, d'oies et surtout de poulets en Dordogne s'approvisionnent en effet en partie dans ce département, gros producteur. Ils devront donc trouver les ressources localement ou se tourner vers les producteurs des autres départements épargnés par la pandémie.

Encore faudra-t-il être sûr de la provenance, car de plus en plus de départements sont touchés et les mesures se durcissent.

 

Protéger la Dordogne

Pour la Préfecture, il s'agit de préserver le statut sanitaire du département jusqu'alors vierge de toute contamination, en attendant qu'une stratégie de prévention sanitaire plus globale soit décidée. Pour l'instant, le département reste en vigilance élevée. Depuis octobre 2020, les éleveurs de Dordogne sont sur les dents, conscients des risques qu'entraîneraient la découverte d'un seul cas. 

Le préfet réunira demain mercredi 13 janvier le comité de pilotage contre l'influenza aviaire qui comprend l'ensemble des acteurs de la filière, afin de définir le plan d'action qui prévaudra en Dordogne. Il s'agira sans doute d'un durcissement des mesures déjà prises en fin d'année dernière (voir ci-dessous).

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie agro-alimentaire animaux nature santé société