Lardin Saint Lazare (24) : l'État et la Région confirment leur soutien aux Papeteries de Condat

Les papeteries de Condat, dans le rouge, vont recevoir le soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine pour s'adapter au marché et aux nouvelles règles environnementales / © France 3 Périgords
Les papeteries de Condat, dans le rouge, vont recevoir le soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine pour s'adapter au marché et aux nouvelles règles environnementales / © France 3 Périgords

Après un prêt de 19 Millions d'euros de la Région, une aide de l'État de 14 millions d'euros. Les papeteries de Condat, dans le rouge notamment pour faire face à la transition écologique bénéficient  d'un "coup de pouce" salvateur pour s'adapter et changer de production.

Par Pascal Faiseaux

Une transition nécessaire


Agnès Pannier-Runacher, en visite sur le site de Condat ce jeudi a donc annoncé le chiffre : 14 millions d'euros. Cette somme financée via l'Ademe, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, servira à réduire les coûts énergétiques de la papeterie. La somme s'ajoute aux 19 millions votés par le Conseil régional.
 


Ce partenariat État-Région de grande ampleur devrait permettre au site du Lardin-Saint-Lazare d'envisager l'avenir avec un peu plus de sérénité. Le site n'emploie plus actuellement que 460 personnes, contre 530 il y a quelques mois seulement. Les conséquences d'une crise que traverse le secteur depuis plusieurs années, aggravée ces derniers mois par les nouvelles exigences environnementales pour cette industrie particulièrement énergivore. 

Équipée de chaudières au gaz qui consomment autant que la ville de Périgueux chaque année, l'usine avait déjà demandé l'aide de l'État pour se convertir à l'énergie biomasse. Lire ci-dessous.



Confirmation des annonces précédentes


En septembre dernier, l'État et les dirigeants du groupe Lecta avaient annoncé un investissement de 48 millions d'euros pour reconvertir la ligne de production n°8 à l'arrêt et construire une chaudière biomasse. Des annonces qui ont tardé à être suivies des faits pour raisons techniques et financières. Le fonds d'investissement majoritaire du site souhaitait trouver de nouveaux investisseurs.
 
La secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances Agnès Pannier-Runacher en visite à Montignac / © France 3 Périgords - Florian Rouliès & Elsa Arnould
La secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances Agnès Pannier-Runacher en visite à Montignac / © France 3 Périgords - Florian Rouliès & Elsa Arnould
 

Sauver les emplois en attendant les changements


Dans l'attente, la direction a bénéficié d'une première aide de la Région pour financer un plan de formation et permettre aux employés de conserver leurs salaires le temps des travaux qui prendront plusieurs mois,

Les choses devraient encore se préciser avec la visite sur site jeudi prochain de la secrétaire d'État à l'économie Agnès Pannier-Runacher et du président de la Région venus confirmer leur soutien financier. La Région a déjà avancé le chiffre de 19 Millions d'€uros de participation, un effort d'une ampleur inédite selon elle.


Le papier pour cosmétique : formidable opportunité pour l'industrie papetière


Sur le plan technique, il s'agit d'adapter la production de la ligne de production 8 à un nouveau marché en passant du "papier couché" classique au papier pour cosmétique.

Depuis plusieurs mois, des groupes de l'industrie s'orientent vers le remplacement de tubes et bouteilles plastiques classiques vers des contenants en papier, des contenants recyclables et bio-dégradables, du carton dont l'intérieur est revêtu d'une fine couche de polymère d'origine végétale entièrement imperméable et recyclable. L'Oréal a notamment annoncé le lancement de son premier tube cosmétique en carton en octobre dernier.
 
Le premier tube de cosmétique en carton a été présenté par L'Oréal en octobre dernier / © Groupe L'Oréal
Le premier tube de cosmétique en carton a été présenté par L'Oréal en octobre dernier / © Groupe L'Oréal

Sur le même sujet

Les + Lus