• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Lascaux IV : quelles retombées économiques pour le village de Montignac, en Dordogne ?

Depuis l'ouverture de Lascaux IV en décembre 2016, Montignac bénéficie d'un afflux de visiteurs. / © France 3 Aquitaine
Depuis l'ouverture de Lascaux IV en décembre 2016, Montignac bénéficie d'un afflux de visiteurs. / © France 3 Aquitaine

En un an, Lascaux IV a déjà accueilli 500 000 visiteurs, et soufflera sa première bougie ce 15 décembre. Mais comment le succès du Centre International de l'Art Pariétal se répercute-t-il dans le village de Montignac, en Dordogne ? 

Par AR

Depuis juillet dernier, Davy Monnereau a quitté le Cap-Ferret pour s'installer à Montignac et gérer son hôtel "Le Lascaux". Qu'est-ce qui a motivé ce déménagement ? "Lascaux IV avant tout", répond l'hôtelier. 

Depuis l'inauguration du site, le 10 décembre 2016, les réservations de l'hôtel sont en hausse de 20% à 25%. 



Seule ombre au tableau : les journées des touristes sont calquées sur les horaires d'ouverture du centre pariétal. "La visite de Lascaux dure trois heures. La journée est vite passée, ils veulent voir un maximum de choses en un minimum de temps", analyse Davy Monnereau.

Alors comment les attirer dans le village de Montignac ? 

Pour les restaurateurs, pas de doute : ils bénéficient tous directement de l'afflux de visiteurs. "Je pérennise quatre emplois sur l'année" se satisfait Lionel Lascaud, restaurateur aux "Berges de la Vézère". 

Lascaux IV : quelles retombées économiques pour Montignac ?
Intervenants : Davy Monnereau , Propriétaire de l'hôtel "Le Lascaux", Lionel Lascaud, Restaurateur "les berges de la Vézère", Laurent Mathieu, Maire de Montignac Equipe : BERSARS Emilie, BROUSSEAU Christophe, GIRAUD Sophie


"Si on proposait aujourd'hui de construire Lascaux IV ailleurs [...] , je pense que peu de monde à Montignac l'accepterait, moi le premier" réagit le maire Laurent Mathieu.

Dans le budget de la commune, les bénéfices indirects de l'ouverture de Lascaux IV sont déjà perceptibles : grâce aux 300 000 euros provenant d'une taxe, la municipalité va pouvoir rénover la piscine municipale. 
 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Bordeaux : circassiens et yamakasis sur les toits de l'Opéra

Les + Lus