Menacée par l'Espagne, la truffe du Périgord se cherche un label protecteur

© France 3 Périgords - Émilie Bersars & Quentin Monaton
© France 3 Périgords - Émilie Bersars & Quentin Monaton

Elle est unique et inimitable... ou presque. La célèbre truffe du Périgord dont la finesse et la rareté font la renommée craint l'arrivée de la truffe espagnole. Déjà, l'Espagne produit plus de truffes que la France. En Périgord, on craint l'amalgame et la concurrence

Par Pascal Faiseaux

On voit mal comment la vraie truffe du Périgord, véritable bastion local du savoir-faire gastronomique français, va pouvoir faire face au char d'assaut espagnol.

C'est que l'Espagne n'a pas lésiné pour développer l'activité dans l'est du pays. Gudar-Javalambre était l'un des endroits les moins peuplé et les plus pauvres de toute l'Europe. Quelques milliers d'habitants dans une zone inhospitalière et économiquement sous-développée, entre les montagnes de Teruel et le littoral de Valence.

Il y a une vingtaine d'année, quelques paysans ont eu l'idée d'exploiter le sol aride pour cultiver la Tuber melanosporum. Exemple massivement suivi. Des milliers de chênes truffiers mycorhizés selon les meilleures méthodes françaises et italiennes ont été plantés. Environ 6 500 hectares de truffière ont été créés ex-nihilo, en deux décennies seulement.

Le petit village de Sarrion, 8 000 habitants, devenu la capitale de la truffe noire espagnole, récolte désormais près de 40 tonnes de Tuber à l'année ! Actuellement on produit dans cette région 65 tonnes annuelles, près de 70 % de l'ensemble de la production mondiale.

Et la truffe française, bien souvent artisanale, craint de ne pas survivre à cette concurrence démesurée...  D'autant que "Truffe du Périgord" c'est l'autre nom de la Tuber Melanosporum.Techniquement, rien n'empêche donc d'apposer le fameux nom de "Truffe du Périgord" sur un pot de champignons espagnols. Une pratique trompeuse, mais non illégale. 

C'est pour cette même raison qu'il est impossible de déposer une Indication Géographique Protégée sur Truffe du Périgord. Il est trop tard pour protéger le nom "truffe du Périgord", tout comme celui du choux de Bruxelles ou du melon charentais.

Face à une production française déjà très concurrentielle, les 1700 producteurs de la Truffe de Dordogne ne se sentent pas protégés, attaqués également par les pays de l'Est qui proposent des prix jusqu'à 50% inférieurs. Des pays où les exigences sont moindres, notamment sur l'utilisation des produits phytosanitaires.

IGP, label ou marque commerciale, en tout cas, une garantie de l'origine, de l'aire géographique et de la qualité de production semble urgente à obtenir pour les trufficulteurs locaux, sous peine de voir leur renommée dépouillée, et risquer de voir des consommateurs déçus par des truffes du Périgord... qui n'en seront pas.
 
Menacée par la concurrence, la truffe du Périgord cherche un label protecteur
Face à des pays qui se sont lancés dans la production de truffes à grande échelle, comme l'Espagne, la truffe du Périgord doit absolument trouver une appellation lui permettant de se distinguer et de protéger sa renommée des contrefaçons. - France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Florian Rouliès

Sur le même sujet

Les + Lus