La première maison médicale départementale en Dordogne : ces médecins libéraux qui préfèrent devenir salariés

Le premier Centre Départemental de santé de Dordogne vient d'ouvrir à Excideuil. Il compte pour l'instant deux médecins . Pour l'usager l'avantage est évident... et pour les médecins aussi, qui préfèrent de plus en plus le salariat.

Un investissement sans limite 

Dans son cabinet de l'Oise, il enchaînait les visites sans discontinuer. Près de 60 heures par semaine. L'équivalent de 15 visites par jour, 6 jours sur 7, tout au long de l'année, depuis 27 ans. Pas le temps de se poser, pas le temps de s'attarder sur les patients. Et le Burn-out qui guette. Un comble pour un médecin. 

Mais aussi un investissement personnel impossible à éviter pour un professionnel qui éprouve de la compassion pour ses patients. 

Le salariat, une meilleure qualité de vie

Cette vie n'est plus qu'un souvenir pour Marc. Il vient de prendre ses fonctions depuis le 2 septembre dans le premier Centre Départemental de la Santé qui vient d'ouvrir à Excideuil. Un lieu où, déjà, l'administratif est pris en charge par une secrétaire. Et où il n'a plus à assurer des horaires déraisonnables.


Le département aimerait combler les besoins médicaux de toute la Dordogne

Et cette recherche de qualité de vie est aussi un atout pour le Président du Conseil Départemental. Germinal Peiro a l'assurance de pouvoir trouver le personnel dont il a besoin pour son ambitieux projet de doter le département en médecins. Le faire partout où le besoin s'en fait sentir et où il pourra ouvrir de tels centres de santé. Un enjeu majeur pour l'attractivité de la Dordogne, sa population vieillissante, ses jeunes qui veulent y rester, et les retraités qui aimeraient s'y installer.

Un premier test

Cette maison départementale servira de test grandeur nature. Et les premières tendances montrent déjà son utilité. Les patients que les trois autres médecins traitants de la ville, surchargés, ne pouvaient plus accepter, ont désormais un accueil possible.

Le centre médico-social devrait bientôt s'étoffer avec la présence d'un deuxième médecin à temps partiel, puis d'un troisième à temps complet...