Rentrée scolaire : de la difficulté à sortir les cartables... et les porte-monnaies !

Les achats de la rentrée doivent parfois se faire au plus juste du budget, certains parents se tournent vers les magasins à prix cassés ou les associations caritatives... / © France 3 Périgords - Léa Broquerie & Pascal Tinon
Les achats de la rentrée doivent parfois se faire au plus juste du budget, certains parents se tournent vers les magasins à prix cassés ou les associations caritatives... / © France 3 Périgords - Léa Broquerie & Pascal Tinon

La rentrée scolaire, ce n'est pas dur que pour les enfants. Certains parents redoutent aussi ce moment où ils doivent faire les comptes. Dans les cas extrêmes, les allocations de rentrée ne suffisent pas, alors place à la débrouille, achats à prix cassés et appels aux associations caritatives...

Par Pascal Faiseaux

Comme elle le fait chaque année depuis 46 ans, la Confédération Syndicale des Familles a rendu une étude pour évaluer le prix moyen de la rentrée scolaire en 2019. Une synthèse vous est proposée en bas de cet article. Un chiffre qui évolue en fonction des exigences des enseignants, mais aussi des usages de consommation des parents, de la sensibilité à l'effet de mode, de l'arrivée de magasins à prix cassés ou des achats en ligne par exemple.

Des écarts importants selon les niveaux et les lieux

Pour 2019, la CSF estime que les prix stagnent globalement, mais avec de fortes disparités. Ainsi en collège, alors que les coûts avaient baissé, ils remontent cette année de 7% pour les 4èmes, et 5,6% pour les 6èmes. En cause, les équipements sportifs, à renouveler lorsque l'enfant grandit, et dont les logos savamment vendus par les marques et flatteurs pour l'ego se payent souvent chers.

Développement durable, réutilisez vos stylos

En Lycée, on observe une baisse, liée aux nouvelles pratiques d'achat. Réductions sur le superflu, magasins à prix cassés, mais aussi réutilisation des fournitures d'une année sur l'autre... Le développement durable fait aussi sa rentrée.
 

Le numérique : virtuel mais coûteux

Parmi les nouvelles dépenses, les équipements numériques, écouteurs MP3 et clés USB font désormais pleinement partie des articles de rentrée. La CSF regrette surtout que le projet de doter chaque collégien d'une tablette numérique ait été remplacé par le principe du BYOD (Bring Your Own Device, ou Prenez Vos Appareils Personnels) qui pousse les familles à des achats supplémentaires.

Pas tous logés à la même enseigne

Plus largement, la CSF pointe aussi les très fortes disparités selon les territoires, transports scolaires, restauration, aides au numérique, prix des logements, accueil périscolaire assuré ou non par les communes.

Une ardoise dès 3 ans

La maternelle obligatoire désormais dès 3 ans va également représenter un coût pour les familles, environ 520 €uros par enfant et par an. Une dépense prise en charge par les communes... ou pas. 

Le système débrouille

Quoi qu'il en soit, pour les familles modestes, toutes ces dépenses impactent significativement le budget annuel. Les près de 3 millions de familles qui touchent l'Allocation de Rentrée Scolaire pour leur enfant arrivent généralement à boucler l'opération, encore faut-il faire attention. 

Les solutions ?

Les opérations promotionnelles des grandes surfaces, le refus des marques, les magasins à prix cassés, et les achats en ligne, ou les fournitures proposées par les associations caritatives (Emmaüs, Secours Populaire, Secours Catholique, etc.). Une solution adoptée par exemple par des familles du Périgord...
Achats de rentrée scolaire, les plans débrouille
Certains enfants redoutent la rentrée scolaire, et certains parents aussi, car le passage en caisse est parfois difficile. Les allocations aident, mais elles ne suffisent pas toujours, il faut donc "se débrouiller" pour remplir le cartable sans vider complètement le compte en banque - France 3 Périgords - Léa Broquerie & Pascal Tinon
 

Sur le même sujet

Changement d'heure

Les + Lus