Scierie Gascogne de Belvès : sacrifiés pour des "querelles politiques " ?

Publié le Mis à jour le

La scierie de Belvès fermera vendredi 17 novembre. Désabusés, anxieux, amers, les salariés en veulent au PDG de Gascogne Bois. Ils ont l'impression que les 38 emplois de l'usine vont être sacrifiés pour des "querelles politiques". Chaque salarié a reçu une proposition de poste dans les Landes.

Thierry et Pedro en veulent à Dominique Coutière. Ils accusent le PDG de Gascogne Bois de "sacrifier 38 emplois pour des querelles politiques". Dominique Coutière n'aurait pas répondu aux offres de reprise de l'ancien créateur et toujours actionnaire minoritaire de l'entreprise, Jean-Luc Imberty. Le fait est qu'il est difficile d'obtenir des réponses de la part du chef d'entreprise landais. Même les élus locaux n'y parviennent pas. En attendant, chaque salarié a reçu une proposition de poste... dans les Landes. L'usine doit fermer vendredi 17/11 à midi
durée de la vidéo: 01 min 38
Gascogne Bois ©France 3 Périgords

De son côté, le responsable unité entreprises en difficulté de la Région Nouvelle Aquitaine, Hervé Salomon, prétend que Jean-Luc Imberty, repreneur déclaré du site ne lui aurait pas fait parvenir sa proposition de reprise. Une affirmation formellement démentie par Jean-Luc Imberty qui présentait ce soir ses propositions aux employés...