• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Tom Van Der Bruggen : châtelain, inventeur et mélomane à Excideuil

Tom Van Der Bruggen dans son château d'Excideuil. / © B. Lasseguette
Tom Van Der Bruggen dans son château d'Excideuil. / © B. Lasseguette

Portrait du propriétaire du château d'Excideuil, personnalité hors-norme, inventeur du jeu Kapla et par ailleurs grand mélomane. 

Par Bertrand Lasseguette


A 74 ans, Tom Van Der Bruggen pourrait se contenter de savourer la vue sur son double-donjon depuis sa vaste piscine dans son château d’Excideuil. Mais pour cet Hollandais de naissance, aujourd’hui résident monégasque, le repos n’est pas envisageable.

« Moi j’invente. On ne peut rien y faire, on ne peut pas m’empêcher d’inventer », il nous confie cela alors qu’il manipule un nouveau jeu de construction en bois de sa conception, baptisé TomTect.
En quelques gestes, il assemble plusieurs planchettes qui forment le tablier d’un pont qui pourrait mesurer jusqu’à 3 mètres de long.

C’est en concevant ainsi une maquette dans les années 80, que Tom Van Der Bruggen, a eu l’intuition d’un jeu qui est devenu un succès mondial :  Kapla.
 
Des cheveux blancs mais encore beaucoup d'énergie.

Un succès industriel


Kapla, c’est la contraction de KabouterPlankjes, planchette de lutin en néerlandais.
Le jeu se présente sous la forme de boite contenant 100, 200 ou 1000 planchettes en bois qui ont la particularité d’être toutes de la même taille, sans attache, ni point de fixation.

La maquette originelle, qui a donné naissance à Kapla, lui a servi à concevoir son propre château, qu’il a construit de ses mains dans l’Aveyron.
C’était un rêve d’enfant, qu’il a dû sacrifier un peu plus tard. Le château a été vendu pour pouvoir développer la marque Kapla.
Un sacrifice qui n’a pas été vain. Tom Van Der Bruggen qui a commencé sa vie professionnelle en réparant et revendant des pianos a réussi à imposer sa marque Kapla à travers le monde, à la fois comme jouet et comme un outil pédagogique.
 

Parmi ses clients a figuré le président Mitterrand qui lui en avait acheté pour l’arbre de Noël du personnel de l’Elysée.
Chaque année, il s’en vend des millions.
Une aventure industrielle enracinée en Aquitaine, puisque les planchettes sont en pin des Landes et le siège de l’entreprise se trouve en Gironde à Saint-Louis-de-Monferrand (l’assemblage des boites se fait en revanche au Maroc depuis 2003).
 

Et le Périgord dans tout ça ?

« Quand j’étais étudiant en histoire de l’art à l’université de Leyde, pendant l’été, je venais faire des photos des châteaux du Périgord ».
Les châteaux, c’est sa passion de jeunesse. Et même, mieux qu’une passion : une vocation.
« Depuis l’âge de 10 ans, je veux être châtelain ».
Une aspiration, mise entre parenthèses après la vente de son premier château.
Mais l’envie a persisté et en 2015, Tom Van Der Bruggen a signé pour l’achat du château d’Excideuil, repéré via une annonce dans le Figaro.

Ici, il n’a pas eu besoin de mettre à contribution ses talents de constructeur. Les précédents propriétaires avaient déjà réalisé d’importants travaux de restauration.
« Je peux enfin vivre cette vie de château, qui est quelque chose de merveilleux, mais surtout avec la musique ».
 
Le sommet du donjon dit des Anglais.
Le sommet du donjon dit des Anglais.


La musique, sa seconde passion.
Quand viennent les beaux jours et que Tom Van Der Bruggen quitte Monaco pour Excideuil, c’est pour transformer la forteresse médiévale en un lieu dédié à la musique.
« Je vis dans la musique pendant un mois et demi », nous dit-il alors que résonnent les notes d’un piano dans la chapelle.

Il prête ainsi ses jardins au Hoop Festival, un rendez-vous du mois d'août sur deux jours, dédié à la pop et à l’electro, organisé par un groupe de jeunes femmes.
Et puis surtout, il a mis en place son propre festival de musique classique.
Avec une nouveauté majeure cette année : les concerts auront lieu au sein même de son château. Jusqu’ici, ils se déroulaient dans une partie appartenant à la commune.
 
La chef d'orchestre Alessandra Vittini
La chef d'orchestre Alessandra Vittini


Les musiciens joueront au pied du double donjon, face à la piscine, sur une scène en bois dont l’inventeur du Kapla a spécialement dessiné les plans. Une grande fierté pour notre chatelain.
La première représentation aura lieu le dimanche 28 juillet avec un trio violon, violoncelle, piano qui interprètera des compositions de Rachmaninov, Fauré, Beethoven.
Un total de 6 soirées qui se conclura en apothéose le mercredi 14 août avec le New International Philharmonia Orchestra (43 musiciens) dirigé par Alessandra Vittini, la compagne de Tom Van Der Bruggen.
« Ce sera la première fois dans l’histoire d’Excideuil, qu’il y aura un orchestre philharmonique.  Une grande aventure avec le concerto numéro 20 de Mozart et l’ouverture de Don Giovanni ».

Tout pour la musique


Ce spectacle avec le philharmonique sera joué aussi à Paris, à la cathédrale de Bordeaux (le 12 août) et à Sarlat (le 14).
Notre chef d’entreprise, qui se fait aussi tourneur en quelque sorte, a décidé de s’engager sérieusement dans le monde de la musique et de miser une partie de sa fortune.
Comme autrefois, il avait vendu son château aveyronnais pour financer le développement de la marque Kapla, il a cette fois décidé de vendre l’un de ses deux voiliers, le plus beau, le Moonbeam IV, tout en boiseries, de 1914, afin de pouvoir produire des spectacles.
Et lorsqu’on lui demande ce qu’on peut lui souhaite de plus, parmi toutes ses réussites et ses bonheurs, il nous répond : « Je souhaite le succès mondial pour ma compagne Alessandra Vittini parce qu’elle a des qualités de chef d’orchestre extraordinaire ».
 

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Limoges : le billard français expliqué par un champion de France

Les + Lus