Dordogne : un collège impose l’uniforme pour lutter contre « le règne de l’apparence »

A La Roche-Chalais, en Dordogne, la directrice du collège Jeanne d’Arc ne fait pas qu’imposer le port du masque en cette rentrée scolaire. Désormais, les élèves devront porter le même haut. Un moyen, selon la direction, de lutter autres contre les inégalités.
 
L’uniforme serait-il en train de faire un retour en force dans certains établissements scolaires français ? En Dordogne, un collège privé a décidé d’imposer le port de l’uniforme à ses élèves. Pas de tablier ni de blouse, mais un haut uniforme. Reste aux élèves le choix du bas et des chaussures. Ils ont testé lors de cette rentrée 2020 décidément bien particulière.
Cette année, huit pièces ont été distribués à tous les collégiens. Des T-shirts, sweat-shirts et polos, tous identiques, une première en Dordogne. « C’est un uniforme de travail. Par exemple, dans un métier, il faut un uniforme de travail, et là c’est la même chose. C’est l’école donc cela ne change rien », explique un collégien derrière son masque. « On a le droit de choisir nos chaussures et notre pantalon, détaille une jeune élève, c’est juste le haut ».  « Personnellement j’aime bien », confie un autre élève, « mais bon, après, ce n’est pas l’avis de tout le monde ».

Quel coût pour les parents ?

Pour une mère d’élève, le principal intérêt, c’est que « déjà, on n’a pas réfléchi à ce qu’ils allaient mettre ». Plus de tergiversations matinales sur des considérations purement vestimentaires.
Se pose la question du coût pour les parents. « Il y a un investissement à faire qui est de l’ordre de 90 euros », explique un père de famille, mais je pense que lissé sur l’année, ce sera intéressant financièrement ». « Ça a un coût, mais c’est pour la bonne cause », sourit un autre papa venu déposer son enfant à l’école.

Gommer les inégalités sociales

La direction du collège Jeanne d'Arc réfléchissait à l’obligation de l’uniforme depuis deux ans. Elle a tranché cette année avec un objectif. Celui de lutter contre les inégalités.

Le constat, c’est que c’est souvent le règne de l’apparence, à celui qui aura le vêtement de marque le plus à la mode parmi les ados en fait.
 

Carole Faucheux, directrice du collège

"Donc, on s’est dit que si on pouvait enlever ce problème d’inégalité au moins sur le haut du vêtement, ça favoriserait l’intégration de certains élèves", explique la directrice. "Et ça permet de leur montrer que l’on peut se distinguer par autre chose que par l’apparence ".

Pour renouveler ces tenues dans l’année, le collège va organiser une bourse aux vêtements. Les uniformes y seront vendus d’occasion à petit prix.
 
Les avis des élèves et leurs parents dans ce reportage ►
Dordogne : un collège impose l’uniforme pour lutter contre « le règne de l’apparence »




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société social économie