• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Les piégeurs de nuisibles à pied d'oeuvre en Dordogne

Les pies, considérées comme nuisibles, sont piégées... / © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Bertrand Lasseguette
Les pies, considérées comme nuisibles, sont piégées... / © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Bertrand Lasseguette

A l'heure où l'on s'inquiète toujours plus de la disparition des espèces animales, le métier de piégeur peut sembler anachronique. Ils sont près de 400 piégeurs officiels en Dordogne à "réguler" les populations d'animaux sauvages considérées comme invasives et nuisibles.

Par Pascal Faiseaux

Ragondins, fouines, corneilles noires, renards, pies corbeaux ou blaireaux, ces animaux sauvages de nos campagnes font souvent la joie des promeneurs qui ont la chance de les surprendre dans leur habitat naturel.
 
Les piégeurs de Dordogne / © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Bertrand Lasseguette
Les piégeurs de Dordogne / © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Bertrand Lasseguette

Eviter les risques de surnombre, de maladies et ravages

Ils font pourtant partie de ces animaux classés comme nuisibles ou invasifs. Leur nombre excessif, les maladies dont ils peuvent être les vecteurs ou les dégâts qu'ils infligent aux cultures ou aux autres animaux font qu'ils peuvent faire l'objet d'une régulation.
Les campagnes de piégeage concernent souvent les élevages et les cultures / © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï
Les campagnes de piégeage concernent souvent les élevages et les cultures / © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï
 

"Régulation" sous contrôle

Un exercice très contrôlé et réservé aux bénévoles membres de l'Association Départementale des Piégeurs de la Dordogne basée à Nontron. En Dordogne, le discret blaireau et l'industrieux ragondin sont leurs principales cibles. 
Les 400 piégeurs de Dordogne sont des bénévoles / © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï
Les 400 piégeurs de Dordogne sont des bénévoles / © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï

Chaque année, 2500 renards, 1200 blaireaux, 2000 pies et des milliers de corneilles noires sont ainsi piégés en Dordogne.

Ragondins et blaireaux indésirables...


L'aquatique ragondin originaire d'amérique du sud n'est dans l'hexagone que depuis le 19ème siècle. Mais il s'y est si bien répandu qu'il a fini par mettre à mal beaucoup de berges de plans d'eaux et de rivières. La leptospirose dont il peut être porteur peut se répandre dans les élevages et aux chiens mais ne se transmet qu'exceptionnellement à l'homme. L'an dernier, 3 800 individus ont été "prélevés" dans le département.
 
Pièges à renard sous forme de trappes ou pièges à collet pour les blaireaux... / © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï
Pièges à renard sous forme de trappes ou pièges à collet pour les blaireaux... / © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï

C'est une autre maladie qui justifie la traque du blaireau. Il est potentiellement vecteur de la tuberculose bovine qui sévit en Nouvelle-Aquitaine particulièrement en Dordogne. Sur le millier prélevé l'an dernier, une trentaine était effectivement porteur de cette tuberculose.
 
Les piégeurs de nuisibles à pied d'oeuvre en Dordogne
Environ 400 piégeurs agréés sont chargés de réguler les population animales sauvages indésirables ou nuisibles. Blaireaux, renards, et même pies ou corneilles sont accusés d'être porteurs potentiels de maladies transmissibles, nuisibles aux récoltes et élevages ou invasifs... - France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Bertrand Lasseguette

Sur le même sujet

Corrida : l’élevage de chevaux de picadors d’Alain Bonijol mis sous quarantaine

Les + Lus