VIDÉO. Redevance incitative en Dordogne, Envoyé Spécial épingle le SMD3

Ce jeudi soir à 21 h 10, Envoyé Spécial sur France 2 est consacré à la gestion des déchets en Dordogne. Un reportage plutôt critique sur le changement de service public et la redevance incitative mise en place cette année

Ce n'est pas un hasard complet si une chaîne nationale s'intéresse de si près aux poubelles du Périgord. Delphine Welter, la journaliste à l'origine du sujet, vit entre Paris et la Dordogne. Elle y a également une grand-mère fragilisée, directement impactée par l'arrêt du ramassage des ordures en porte-à-porte. Delphine Welter connaissait donc son sujet de l'intérieur avant de réaliser ce reportage de 27 minutes intitulé "Ordures ménagères : un service public à la poubelle ?" 

durée de la vidéo : 00h01mn26s
Un extrait d'Envoyé Spécial diffusé ce jeudi 19 janvier sur France 2, sur le nouveau système de collecte des déchets en Dordogne et la redevance incitative ©France télévisions

Un handicap pour les personnes fragiles

N'empêche. Entre novembre et décembre dernier, elle a encore approfondi la question en s'attardant non seulement sur le coût de la nouvelle redevance incitative, mais aussi sur la disparition du service public concomitant. Un véritable handicap pour les personnes fragilisées comme cette personne âgée de La Coquille, obligée d'entasser ses ordures pendant 15 jours dans sa cuisine, avant d'entamer un parcours du combattant pour emmener les lourds sacs jusqu'aux conteneurs... qui marchent mal.

durée de la vidéo : 00h00mn25s
Delphine Welter, journaliste pour Envoyé Spécial, évoque son enquête sur le nouveau système de collecte des déchets et de redevance incitative mis en place en Dordogne au micro de Sébastien Bouwy ©France 3 Périgords

Un système illégal parce que discriminant ?

Une enquête qui la mène des associations opposées à ce nouveau système jusqu'à la direction du SMD3 responsable de sa mise en œuvre en passant par les usagers lambda. 

Par ailleurs selon Delphine Welter, l'avocat Adrien Souet qui défend une association d'opposants à ce nouveau système, a déposé un recours auprès du tribunal administratif de Bordeaux au motif que le système est illégal parce que discriminant et qu'en outre, le nouveau service remplaçant le service public serait censé être "équivalent ou meilleur" à celui qui le précède.