Dossier Santé : en Limousin, l'antibiorésistance inquiète les professionnels

Au sein de l’Union Européenne, on estime qu’au moins 25 000 patients meurent chaque année d'une "super-bactérie". / © France 3
Au sein de l’Union Européenne, on estime qu’au moins 25 000 patients meurent chaque année d'une "super-bactérie". / © France 3

"Les antibiotiques c'est pas automatique." Derrière cet incontournable slogan se cache un véritable enjeu de santé publique : la surconsommation d'antibiotiques nourrit toujours plus la résistance des bactéries. Une situation préoccupante pour les personnels de santé du Limousin.

 

Par Justine Saint-Sevin

BHRe ou Bactérie Hautement Résistante. Une appellation au centre des préoccupations du service de réanimation de l'hôpital de Brive. Ici sont hospitalisés des patients fragiles atteints de pathologies graves entraînant des défaillances d'organes. Aujourd'hui, lutter contre les bactéries causes de ses pathologies est de plus en plus difficile du fait de leur résistance aux antibiotiques.

Ces derniers apparus dans les années 40 ont révolutionné la médecine, mais leur usage intempestif a réduit leur efficacité. En effet, entre 2000 et 2015, la consommation mondiale d’antibiotiques a augmenté de près de 65%, selon une étude publiée le 26 mars dans le journal de l’Académie des sciences américaine (PNAS).  Et leur consommation en France était 30% supérieure à la moyenne européenne.

Grâce notamment à la campagne "les antibiotiques, c'est pas automatique", la cette consommation avait un peu ralenti au début des années 2000 avant de repartir de plus belle au cours de ces trois dernières années.
 

25 000 décès par an


Au sein de l’Union européenne, on estime qu’au moins 25 000 patients meurent chaque année d’une infection due à l’une des cinq bactéries multi-résistantes (BMR) les plus fréquentes. 

Ces "super-bactéries" pourraient tuer 2,4 millions de personnes en Europe, en Amérique du Nord et en Australie d'ici 2050, d'après les projections de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Publié le mercredi 7 novembre, ce rapport concerne 33 des 36 pays de l'OCDE. Une étude distincte, parue lundi 5 novembre dans la revue The Lancet Infectious Diseases est venue en rajouté une couche. Selon elle, 33 000 décès sont imputables à ces bactéries en 2015 dans l'Union européenne.
 
Dossier Santé : à Brive, l'antibiorésistance inquiète les professionnels
"Les antibiotiques c'est pas automatique." Derrière cet incontournable slogan se cache un véritable enjeu de santé publique : la surconsommation d'antibiotique nourrit toujours plus la résistance des bactéries. Une situation préoccupante pour les personnels de santé de l'hôpital de Brive. - France 3 - Journalistes : François Clapeau et Thomas Milon / Intervenants Dr Elias Karam réanimateur CH Brive, Dr Julien Soullier médecin généraliste, Dr Eric Périgaud président groupement technique vétérinaire Nouvelle Aquitaine

 

Sur le même sujet

Jean-François Fountaine candidat aux municipales de 2020

Les + Lus