Drones : la plus grande zone d’interdiction de vol se trouve désormais en Limousin

Le site référençant les zones de restrictions de vols de drones en France indique depuis début juillet que le vol est interdit dans un vaste périmètre allant de Clermont Ferrand jusqu'à Brive-la-Gaillarde. Un espace de plus de 2 200 km2. 

© Amy Katz - Max PPP
La pratique du drone explose ces dernières années. Ces petites machines volantes procurent à leur télépilote un sentiment de liberté. Mais cette liberté est très encadrée en France. Pour les drones utilisés pour le loisir, de nombreuses règles existent comme l’interdiction de voler au-dessus des personnes ou à proximité des sites sensibles comme les centrales nucléaires ou les aéroports.

Pour y voir plus clair l’Institut Géographique National propose sur son Géoportail, une carte interactive référençant les zones de restrictions de vol.
 

Apparition d’une immense « No Fly Zone »


Le 9 juillet 2020, Géoportail a effectué une mise à jour de sa carte, en cherchant à mieux prendre en compte la réalité du terrain. La plateforme a donc affiné le tracé des zones de restrictions autour des agglomérations notamment. 
 
© Géoportail - IGN


Dans le même temps de nouvelles zones sont apparues, comme cet immense périmètre à cheval entre l’Auvergne et le Limousin. Un espace de plus de 2 200 km2 ou le vol de drone est désormais indiqué comme « interdit » sur la plateforme. Une incompréhension pour les utilisateurs.
 

Avant, il y avait des zones de restrictions liées aux aérodromes et aux paramoteurs. Maintenant on ne peut plus volé nulle part.

Un utilisateur de drone en Corrèze



Ce pratiquant de drone de loisir souhaitant rester anonyme nous explique sa stupéfaction. Même le terrain de son club d’aéromodélisme, situé à quelques kilomètres au sud de Brive est localisé en « No Fly Zone » alors qu’ils détiennent les autorisations nécessaires pour voler jusqu’à 500 pieds (150 m).


Un secteur utilisé par les vols militaires


L’apparition de cette zone géante n’est pas une surprise pour tout le monde. Pour le responsable de la Tour de contrôle Limoges Bellegarde, cette vaste zone d’interdiction s’explique par la présence de nombreux vols militaires.
 

C’est un territoire peu emprunté par les vols commerciaux. Les avions militaires profitent de cet espace pour y faire des exercices.

Christophe Rougier, responsable de la tour de contrôle de Limoges


En réalité, de nombreuses restrictions étaient déjà présentes sur une grande partie de la zone rouge. Le Géoportail s’est contenté de les matérialiser comme nous explique Fréderic Botton, journaliste spécialiste des nouvelles technologies.
 

Ces zones interdites pour raisons de vols militaires existaient déjà. On les appelle les R 368. Géoportail les a simplement rassemblés dans un seul et même ensemble.

Frédéric Botton, journaliste spécialiste des nouvelles technologies



Fréderic Botton précise que Géoportail n’est qu’un outil indicatif. Au sein de cette large zone de 2 200 km2 existent des espaces où il serait encore possible de faire voler un drone de loisir. Les R 368 sont par exemple des zones « activables », ce qui veut dire qu’elles ne sont pas utilisées en permanence par l’armée.

Pour se renseigner ce spécialiste vous conseille de consulter également le site Mach7drone, ou encore d’appeler le numéro vert de la Direction de la Circulation Aérienne Militaire (DIRCAM) : 080024 54 66.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sorties et loisirs armée société sécurité