L'électrique au Mondial de l'Automobile à Paris et dans la Nouvelle Aquitaine

C'est de moins en moins dans l'usage de mettre en exergue la propulsion, juste un petit "E" ajouté à l'identifiant du modèle permet de savoir le mode électrique. / © Jean-Luc Gantner
C'est de moins en moins dans l'usage de mettre en exergue la propulsion, juste un petit "E" ajouté à l'identifiant du modèle permet de savoir le mode électrique. / © Jean-Luc Gantner

La Nouvelle-Aquitaine s'est inscrite sous différentes formes dans la promotion du véhicule électrique. Pour cela, depuis quelques années l'installation de bornes de rechargement électrique sur tout le territoire régional, est soutenue financièrement par le Syndicat de l'Energie de la Région.

Par Bertrand Lerossignol

Ce maillage fait partie d'un plan national de promotion de l'usage des véhicules électriques.
La Ministre de l'Environnement vient d'annoncer, lors du Mondial de l'Automobile, des mesures incitatives pour développer encore plus l'accés au rechargement.

900 000 bornes seront installées progressivement d'ici à 2020, chez les particuliers pour permettre le rechargement.
En échange, des crédits d'impôts de transition énergétique seront appliqués dans les foyers qui entreprennent de créer une station de recharge, assurant ainsi jusqu'à 30% du coût total.

1000 bornes publiques seront aussi financées par l'Etat. Ce genre de plan de développement a pris corps dans la gestion public depuis 2013, de plus en plus de cantons ont leur borne de rechargement rapide ou non. 
L'électrique progresse, alors que le marché est estimé à 0,6 % de nombre de véhicules vendus annuellement, la France vient de passer cette année le cap du 1% de part de marché, certaines marques de constructeur ont des croissances exponentielles.
illustration / © MaxPPP
illustration / © MaxPPP

L'audacieux Elon Musk (Tesla Motors) a forcé l'usage en vendant ses voitures quasiment sur plan, ça marche.
Malgré une production en croissance constante les commandes ne sont pas honorées dans des délais courts. Pourtant, l'entreprise plaît aux investisseurs, Les pertes sont abyssales, mais le capital de l'entreprise progresse !  60 % de croissance par an pour la marque de voitures électriques construites dans une usine dédiée aux Etats-Unis, le marché français, dans ce secteur est actif au niveau européen avec une croissance de 63% l'an dernier.

Des freins ralentissent le développement dont ceux du coût.

Il faut compter un surcoût à l'achat d'au moins 60% par rapport aux modéles équivalent à segment égal. Mais le bonus écologique compense souvent cette surrenchère, d'autant que la Ministre de l'Environnement, dans la continuité de l'annonce sur les bornes de rechargement, annonce l'augmentation des bonus jusqu'à 10 000 € pour une voiture, et 1 000 pour un deux-roues électriques.

A l'instar de l'électronique, l'électrique n'aura pas le même comportement commercial, lorsque l'informatique est apparue sur le marché, la production augmentant, les prix baissaient. Pour l'électrique, ce ne sera pas le cas, faute d'accord, chacun voulant garder le maximum de profits, ainsi si 25 000 € sont nécessaires pour produire, dans dix ans les prix seront toujours aussi élevés. Un frein à l'investissement parce que pour les financiers, la marge bénéficiaire doit progresser et non pas stagner.
concept voiture électrique Mercedes - Mondial de l'auto Paris 2016 / © Miguel Medina / AFP
concept voiture électrique Mercedes - Mondial de l'auto Paris 2016 / © Miguel Medina / AFP

Des progrés prometteurs

L'autonomie est l'axe de recherche le plus exploité, alors que certains affichent outrageusement 500 kms de liberté, d'autres ne peuvent progresser au delà de 120 km. L'autonomie est un argument essentiel, parce qu'une voiture électrique qui absorbe les bornes autant qu'un véhicule diesel fera le succés de son constructeur.

Autre points, les accumulateurs et le stockage progressent, la chute du prix de stockage du kilowatt/heure est 80% moins cher qu'il y a quelques années, la densité d'électricité stockable a été multiplié par six au cours des derniers années. Des recherches projettent des usages de la voiture électrique et connecté, une production mobile expoitable pour fournir le réseau électrique domestique.

Le Mondial de l'Automobile 2016 est une vitrine extraordinaire pour découvrir les futurs modèles originaux ou de série en version propulsion électrique.
Pourtant un maître de conférence de l'Université de Bordeaux confie « Il y a six ans, lors du Mondial 2010, la conviction que le véhicule électrique ferait une vraie percée commerciale était largement répandue. Il paraissait difficile de résister à l’envolée sans se faire ringardiser. Depuis, la bulle électrique a éclaté avec l’explosion du marché chinois et la reprise américaine qui ont – gaz de schiste aidant – redonné toute leur place aux véhicules les plus gros et les plus polluants, et maintenu les motorisations alternatives dans une position très marginale. » (Le Monde).

Il faudra donc être fort convaincu des effets néfastes de la combustion de produits dérivés du pétrole sur le réchauffement climatique pour soutenir un mode de propulsion novateur, un peu plus cher encore pour le moment, mais l'avenir doit passer par cette évolution, d'autant que l'Organisation des Producteurs et Exportateurs de Pétrole parlent de relancer le marché. L'Arabie Saoudite a vu les effets de sa politique de blocage des prix vers le bas, ceci pour ne pas permettre à l'Iran de faire de colossaux bénéfices pour son retour sur le marché mondial des producteurs. L'Iran est revenu sur la scène internationale, avec sa production, l'ouverture vers le monde du pays passe par le redressement de son économie, échec diplomatique pour la dynastie Wahhabite.

Prochaine étape : la pile à combustible

Le procédé existe depuis le siècle dernier, elle a été utilisé dans la réalisation de bombes à la puissance décuplée par rapport à celles dites atomiques. La pile à combustible d'hydrogène par un savant procédé produit de l'électricité lors d'un échange chimique avec une membrane fort complexe. Le seul rejet dans l'air est de l'eau !
Comme pour l'électrique, il y a quelques années déjà, le déplacement de véhicules a été concrétisé par différents constructeurs. Encore quelques mois ou années avant que des véhicules munis de ce procédé commencent à apparaître sur nos routes.

Les plus pessimistes, les pro-pétrole présagent une production atone de véhicules électriques, ils postulent que l'hybride est en perte de vitesse, les évolutionnistes sont confiants en l'avenir de l'automobile électrique, pour diverses raisons en partie exposées.
Les convictions ne sont pas les facteurs qui commandent les industriels, c'est la raison économique, pour le moment elle est à la faveur de l'électrique. Tous les constructeurs automobiles européens et asiatiques auront dans leur catalogue, un véhicule tout électrique à proposer à leur clients aux environs de 2020.

Sur le même sujet

Les + Lus