En Limousin, 7385 armes collectées par l'Etat

Publié le
Écrit par Léa Broquerie .

Dans les trois départements, de nombreuses armes, détenues illégalement, ont pu être enregistrées par les services de l'Etat. La collecte se terminait ce vendredi 2 décembre.

L'opération nationale "abandon d'armes" organisée par l'Etat est désormais terminée. Un " franc succès sur le plan national", selon le ministère de l'Intérieur, avec 150 000 armes abandonnées, 50 000 armes régularisées et 4 millions de munitions récupérées. 

En Limousin, les sites de collecte ont rencontré de fortes affluences. Au total, 4385 armes ont été enregistrées dans le Système d’Information sur les Armes (SIA) dans les trois départements. Et c’est en Haute-Vienne que les “abandons” ont été les plus nombreux : 1810 armes longues, et 460 armes de poing, soit 2270 objets déposés au sein des gendarmeries et commissariats de police. 

A lire également : Armes à feu : succès de la collecte en Corrèze

En Corrèze, 1566 armes ont été enregistrées, une réussite : "Il est certain que la Corrèze est un territoire de résistance dans lequel les alliés ont parachuté énormément d’armes. On s’attendait à récupérer des armes provenant de cette période-là. C’est un territoire de chasseurs aussi. On s’attendait à récupérer aussi énormément de fusils de chasse", explique Loïc Loupret, directeur de cabinet du préfet de Corrèze. Parmi les armes abandonnées, 95% de fusils de chasse, mais aussi quelques surprises : "Des carabines, un coup, deux coups, un canon, deux canons… Les gens sont venus aussi avec des armes blanches : des sabres, des poignards, des baïonnettes. Nous avons aussi un certain nombre de munitions, plus de 50 000, ce qui est considérable. Et quelques armes de poings."

"De nombreux particuliers conservent des armes, héritées de leur famille, dans un tiroir. Sans savoir qu'en faire".

Préfecture de la Creuse

En Creuse, 549 armes ont été enregistrées, dont 447 armes longues, 84 armes de poings, et 18 autres armes à feu et de défense, dont des armes blanches. La préfecture “s'attendait à ce que les gens viennent, puisque grâce à ce système d’information des armes, tout est fait pour les inciter à régulariser leur situation et à s’inscrire. Là, c’était l’occasion de récupérer les armes. Beaucoup d’entre eux conservent ces objets, hérités, dans un tiroir, sans savoir qu’en faire”.

Enregistrer ses armes

L'objectif de cette procédure est de mieux réguler la circulation d'armes. En France, il y aurait 2 millions d’armes détenues illégalement. Durant cette collecte, 3270 armes ont été inscrites sur ce système d’information sur les armes

Si vous détenez une arme non enregistrée, son abandon reste possible toute l’année dans toute gendarmerie ou commissariat de police sur présentation d’une pièce d’identité, et sur rendez-vous. Une notice est consultable sur le site des services de l’Etat.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité