A 73 ans le girondin Jean-Jacques Savin a encore soif de sensations fortes

Après sa très médiatique traversée de l'Atlantique en tonneau l'an dernier, l'ancien militaire à la retraite compte traverser la Manche à la nage. Le mois prochain. Il s'entraîne tout près de chez lui, dans le bassin d'Arcachon. 

Jean-Jacques Savin s'entraîne à traverser le bassin d'Arcachon de long en large avant de s'attaquer à la Manche dans quelques semaines
Jean-Jacques Savin s'entraîne à traverser le bassin d'Arcachon de long en large avant de s'attaquer à la Manche dans quelques semaines © S.Delalot/F3Aquitaine
Il sort de l'eau, un peu essoufflé, et se dirige vers l'embarcation de ses amis et soutiens qui le suivent tout au long de ses trajets pour aller grignoter quelques fruits secs. "Ca s'est très bien passé. 3 h20 pour venir d'Arès, 14 kilomètres, c'est pas mal" dit-il tout sourire.

Jean-Jacques Savin vient de nager non-stop depuis le fond du bassin, à Arès où il réside, jusqu'à Arcachon.
 
"La difficulté ça a été dans le chenal, y a de forts coefficients, des passages difficiles et beaucoup de bateaux" concède t-il. "Mais je me sens en forme pour aller jusqu'au Cap-Ferret. Puis on retourne sur Arès".
 
Le septuagénaire vient de nager 3h20 entre Arcachon et Arès, "ça s'est très bien passé" dit-il à l'arrivée. Il compte repartir nager dans l'autre sens en passant par le Cap-Ferret.
Le septuagénaire vient de nager 3h20 entre Arcachon et Arès, "ça s'est très bien passé" dit-il à l'arrivée. Il compte repartir nager dans l'autre sens en passant par le Cap-Ferret. © S.Delalot/F3Aquitaine

Jean-Jacques Savin n'a pas perdu la tête. Il est déterminé à se préparer le mieux possible pour sa traversée de la Manche qu'il compte réaliser courant septembre. C'est son prochain défi. "Il faut que j'arrive à faire plus de 10 heures de nage si je veux être prêt. La Manche c'est quand même entre 17 heures et 20 heures dans l'eau, à peu près 45 kilomètres à nager avec le "déport" des courants", comme on peut l'imaginer sur cette carte.
 

Des pulsions qui le poussent à aller au bout de lui-même

Ce projet est le deuxième grand challenge qu'espère réussir ce sportif de 73 ans. Le précédent est tout récent. Le 26 décembre 2018 il embarque dans un tonneau de 6 mètres carrés, dans les îles Canaries, avec pour objectif de rejoindre la Martinique 5800 kilomètres plus loin. Porté par les courants marins, il arrive le 3 mai 2019 après 4 mois de traversée.
 
Cette fois-ci le défi est extrêmement physique puisqu'il devra nager dans l'eau glacée de la Manche pendant près de 20 heures.
 
"C'est pour repousser l'âge ! Je suis pas pressé d'être papy !" ironise t-il. "Non mais c'est parce que je suis à la retraite, j'ai le temps, c'est une façon de m'occuper. Et parfois j'ai des pulsions comme ça d'aller au bout de moi-même". 

Jean-Jacques Savin a pratiqué le triathlon, les trails, il avait déjà traversé la bassin d'Arcachon à la nage en effectuant l'aller-retour, soit près de 30 km en 9 heures en 2017.

"Là j'ai du mal à faire de la course à pied, j'ai plus de genoux, le vélo, passe encore, mais la natation ça va très bien donc je me rattrappe sur la natation" explique t-il ajoutant vouloir le faire "avant qu'il ne soit trop tard".

Le girondin sera l'homme le plus âgé à tenter l'aventure de la Manche. Et il ne compte pas s'arrêter là. L'an prochain il espère renouveler sa traversée de l'Atlantique, mais à la rame cette fois. "Après il y en aura peut-être d'autres mais il y a l'âge aussi qui commence à me rattraper" dit-il, juste avant de plonger de nouveau pour minimum 4 heures de nage....

Nos reporters Gilles Bernard et Sébastien Delalot sont allés à sa rencontre pendant son entraînement :
 
Après l'Atlantique en tonneau, la Manche à la nage pour le septuagénaire girondin Jean-Jacques Savin

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
exploit société insolite