Confinement : les Parisiens boudent, cette fois-ci, le bassin d’Arcachon

Contrairement au premier confinement, les Parisiens ne semblent pas avoir fait le choix de venir s’installer sur le bassin d’Arcachon. "Les gens se sont habitués et ne voient plus les choses de la même manière", analyse un agent immobilier. 

Contrairement au premier confinement, les Parisiens ne semblent pas avoir trouvé refuge sur le bassin d'Arcachon.
Contrairement au premier confinement, les Parisiens ne semblent pas avoir trouvé refuge sur le bassin d'Arcachon. © FTV

« Cela a l’air très calme. On a des voisins parisiens et ils ne sont pas venus », raconte ce couple d’Arcachonnais. Plus loin un autre couple de locaux fait le même constat : « On le voit bien, dans les rues il n’y a personne. Il y aura peut-être plus de monde la semaine prochaine avec les vacances ».

En se promenant dans les rues du centre-ville d'Arcachon, on note en effet peu de plaques d'immatriculation parisiennes. Nettement moins en tous les cas que durant le premier confinement en mars et avril 2020.

Je pense que les gens sont habitués, ils n’ont pas vu les choses de la même manière. 

Nathalie Foulon - agent immobilier -

« Il n’y a pas eu cette crainte donc pas de fuite", poursuit l'agent immobilier. "Quelques personnes sont venues parce qu’elles sont propriétaires de résidences secondaires sur le bassin d’Arcachon, donc ils sont tout simplement venus chez eux un peu plus longtemps qu’un week-end. Mais nous on n’a eu que deux couples, et des Bordelais, qui sont venus s’installer pour télétravailler et pouvoir profiter un petit peu plus de l’espace, du soleil et de la mer ».

Pourtant gare Montparnasse, une ruée vers l’Ouest a bien été observée avec deux fois plus de réservations enregistrées par la SNCF par rapport à un week-end normal. Dans le même temps, la SNCF avait enregistré beaucoup d'annulations de billets déjà réservés . Donc où sont-ils passés ? En tous les cas, pas à Arcachon.

 

Confinement : les Parisiens boudent, cette fois-ci, le bassin d’Arcachon

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société covid-19