VIDÉO. "On vole comme un oiseau". A 250 km/h au-dessus du bassin d'Arcachon, en wingsuit motorisé

durée de la vidéo : 00h02mn15s
Reportage de France 3 Aquitaine de A.Perrin et L.Montiel. Montage Léo Prévost. Les images aériennes ont été réalisées par Sky Vibration et Shield Robotics. Dans cette vidéo interviennent Vincent Descols, quadruple champion du monde de Wingsuit qui a fait les essais dans le ciel du bassin d'Arcachon, Aldric de Feraudy, Ingénieur en systèmes embarqués, et Anthony Gavend, président-fondateur de Shield Robotics, l'entreprise qui a mis au point le moteur pour wingsuit à Saint-Geours-de-Maremne (40). ©France 3 Aquitaine

Le quadruple champion de wingsuit a testé pour la première fois un moteur électrique mis au point par une petite entreprise de Saint-Geours-de-Maremne dans les Landes. Voler comme un oiseau, c'est possible !

Sensations extrêmes et images incroyables d'un homme volant dans le ciel bleu du bassin d'Arcachon... à couper le souffle.

Première mondiale

Le wingsuit est une combinaison ailée, qui permet de voler en sautant en vol dans le ciel. Ce sport extrême est déjà un exploit en soi. Mais, un vol de wingsuit propulsé par quatre moteurs électriques durant plus d'une minute, c'est quasi incroyable. À se prendre pour un oiseau comme Icare dans la mythologie grecque.

Ce rêve, Vincent Descols quadruple champion du monde de Wingsuit, l'a réalisé le 29 mai 2023, en Gironde, au-dessus des eaux du bassin d'Arcachon. "Les 30 kilos de poids du moteur deviennent inexistants, puisque la poussée vient compenser ce poids. On se sent accélérer et devenir de plus en plus comme un oiseau", selon le champion.

On vole comme un oiseau. C'est ce que l'on recherche avec la wingsuit, cette combinaison qui permet de voler dans son état le plus pur, sans cockpit, sans rien. Là, on a atteint une vitesse de 250 km/h, mais on pourrait atteindre les 300 km/h.

Vincent Descols, quadruple champion du monde de Wingsuit

France 3 Aquitaine

C'est la première fois que ce moteur électrique est testé à 100 % de ses capacités pour effectuer ce type de vol. Baptisée Ewing, cette turbine a été conçue dans les ateliers de Shield Robotics, une jeune entreprise landaise, basée à Saint-Geours-de-Maremne.

Ce moteur électrique pour wingsuit a nécessité un an de recherche et 150 000 euros d'investissement. L'armée pourrait être intéressée par le développement de cette turbine à quatre moteurs, alimentés par une batterie. "Grâce aux hélices, on vient ajouter de la poussée au sauteur parachutiste", précise Aldric de Feraudy, ingénieur en systèmes embarqués.

"Le temps d'essai est d'une minute trente, mais l'autonomie pourrait atteindre les cinq à six minutes", selon Anthony Gavend, président-fondateur de Shield Robotics. 

L'exploit réalisé le 29 mai au-dessus du bassin d'Arcachon, ouvre des voies au bureau d'études de la petite entreprise landaise.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité