Bassin d'Arcachon : à 14 ans, il est arrêté sans permis, et sous l'emprise de stupéfiants

Lors d'une opération de contrôle de grande ampleur menée ce week-end sur le bassin d'Arcachon, les gendarmes ont contrôlé un mineur de 14 ans, au volant, et sous l'emprise de cannabis. En cinq heures, pas moins de 29 conducteurs sous l'emprise de l'alcool ont été sanctionnés.
 

Les contrôle se sont tenus à Gujan-Mestras dans la nuit de samedi à dimanche.
Les contrôle se sont tenus à Gujan-Mestras dans la nuit de samedi à dimanche. © Gendarmerie de la Gironde
"Tout le monde était surpris", reconnaît le capitaine Billette, commandant en second de l'escadron départemental de la sécurité routière (EDSR) en Gironde. Et pour cause : lors d'une opération de contrôle sur la commune de Gujan-Mestras, les gendarmes ont interpellé un très jeune conducteur qui circulait de nuit.
Agé de seulement 14 ans, l'adolescent se trouvait au volant d'une voiture, en compagnie de quatre camarades, tous mineurs. "La voiture appartenait à la mère d'une des jeunes filles présente dans la voiture, poursuit le capitaine de gendarmerie. Ils ont attendu qu'elle s'endorme, et sont sortis faire la fête sur le bassin."

De nombreux conducteurs alcoolisés

Le jeune garçon, qui était également sous l'emprise de cannabis,  a été repéré lors d'une opération de contrôle de grande ampleur, menée dans la nuit de samedi et dimanche au rond-point de la Hume, à Gujan-Mestras. Entre 2 heures et 7 heures du matin, une déviation installée sur l'A660 avec l'appui de la DIRA (Direction interdépartementale de routes Atlantique), renvoyait les automobilistes sur le rond-point, ou les attendaient une trentaine de gendarmes. Tous les véhicules qui sortaient du bassin ont alors été contrôlés.
 
"Nous avons relevé 29 conduites sous l'emprise de l'alcool, dont onze étaient délictuelles et ont entraîné un retrait de permis, précise le capitaine Billette. Nous avons également vu de nombreux conducteurs sous l'emprise de stupéfiants, ou sans permis". 
Le capitaine s'inquiète de la désinvolture des automobilistes, qui ne craignent plus de prendre le volant après avoir consommé plusieurs verres.

Il y a quelques années, on avait Sam, celui qui conduisait et donc, ne buvait pas du tout. Aujourd'hui, c'est plus rare. Parmi les personnes que nous avons contrôlées, beaucoup avaient consommé de l'alcool, même si leur taux restait dans les limites légales.
Pourtant, on sait que dès 0,15 g d'alcool par litre d'air expiré, il y a une modification des réflexes et de la perception.

Capitaine Billette, commandant en second de l'escadron départemental de la sécurité routière (EDSR)


Le militaire appelle à la vigilance, alors que les chiffres des accidents ont baissé en ce début d'année, principalement à cause du confinement. "Depuis le déconfinement, on voit bien que les gens ont envie de se lâcher, sur la vitesse et à tous les niveaux.  Les derniers accidents que nous avons eu en Gironde, étaient presque tous sur fond d'alcool".

De nouveaux contrôles à venir

Pour autant, la prise de conscience tarde à venir. "Lorsqu'ils sont pris la main dans le sac, ils sont les premiers à reconnaître qu'ils étaient en tord,  que leur comportement était dangereux parce qu'ils allaient trop vite ou qu'ils avaient trop bu. Mais tant qu'ils n'ont pas d'accident, ils ne vont pas modifier leur comportement", déplore le capitaine qui rappelle l'évidence :
 

Le gens ont oublié que la finalité de la sécurité routière, c'est quand même de sauver des vies. Une fois qu'une vie est brisée, c'est fini, on ne revient plus en arrière.



Les gendarmes de la Gironde ont prévu de renouveler des opérations de contrôle du même type pendant tout l'été.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité routière société sécurité