Alerte sur les stocks de sang au plus bas : il y a "une urgence vitale" à faire un don

Publié le

C'est historique, les stocks sont au plus bas pour plusieurs raisons. A Bordeaux, la maison du don au sein du CHU vous attend avec ou sans rendez-vous. Une application permet aussi de géolocaliser la collecte la plus proche de vous.

La situation est critique et historique par manque de dons à tel point que l'établissement français du Sang appelle à la mobilisation générale.

Aucune poche de sang n’a jamais manqué en France pour soigner les patients et particulièrement au cours des deux années écoulées de crise sanitaire, mais l'EFS publie pour la première fois  "un bulletin d'urgence vitale" de son histoire. 
Sur la région Nouvelle-Aquitaine, la situation est tout aussi critique. " Nous sommes à 6600 poches alors qu'il nous en faudrait 10 000 pour la région " explique Sylvanie Gassian de l'EFS Nouvelle-Aquitaine. Pour faire face, les centres de collecte sont accessibles sans rendez-vous alors qu'habituellement il faut prendre un rendez-vous.
A Bordeaux, la maison du don, principal lieu de collecte permanent, se trouve au sein du CHU Pellegrin.


Une application existe aussi que l'on peut télécharger. Grâce à la géolocalisation, elle indique ainsi le lieu de collecter le plus proche. Vous pouvez aussi chercher le lieu qui vous convient sur le site de l'EFS. 

Une information importante, nous acceptons les personnes vaccinées.

Sylviane Gassian - EFS Nouvelle-Aquitaine

France 3 Aquitaine

Les raisons d'une pénurie

Tous les jours, 10 000 dons sont nécessaires pour soigner les patients pour qui les équipes soignantes n'ont pas d'autres choix que la transfusion sanguine. 
Au plan national, 70 000 poches de globules rouges sont aujourd’hui en réserve alors qu’il en faudrait 100 000. Le stock de produits sanguins est en dessous du seuil de sécurité et cela depuis plusieurs jours.

La pénurie grave s'explique par deux années de tensions permanentes liées à la pandémie de Covid. Il faut additionner les annulations de collectes en entreprises et en universités, une plus faible mobilisation des donneurs, et les difficultés de recrutement de personnel médical qui ont mis à mal la collecte du précieux produit sanguin. Mais ce n'est pas tout.
Ces dernières semaines ont aggravé la situation. "La vague liée au variant Omicron, qui a touché en quelques semaines plusieurs millions de Français, a ajouté deux éléments critiques : l’auto-ajournement de certains donneurs de sang et un fort taux d’absentéisme du personnel de l’EFS." précise l'établissement.

Cette situation pourrait s’avérer dangereuse à court terme pour soigner les patients. Cette perspective est absolument inenvisageable.

Etablissement français du sang

Communiqué

Cri d'alarme

En région Ile-de-france, en ce moment, "il faut déjà réguler et reporter les interventions non essentielles qui nécessitent une transfusion sanguine". témoigne Sylvaine Gassian de l'EFS. 
Avec la période des vacances, c'est à double tranchant. Soit les donneurs profitent d'avoir du temps et viennent, soit les donneurs sont occupés à autre chose et la situation se dégrade. "
ajoute-elle. 


Un appel relayé par le ministre de la santé. "Le stock de sang n’a jamais été aussi bas. J’en appelle à la mobilisation de tous pour que chaque patient puisse disposer du sang dont il a besoin pour être soigné." a fait savoir Olivier Véran.  "Il y a urgence, donnez votre sang" conclue-t-il.