Atmo lance une campagne de mesure de la qualité de l’air dans Bordeaux

Avec la rénovation de la place Gambetta, la station de mesure de qualité de l’air d’Atmo va devoir déménager. L’association lance une nouvelle campagne de mesure de la qualité de l’air dans les rues de Bordeaux afin de pouvoir établir le futur emplacement de leur station.

Cyclistes, piétons, automobilistes… aux heures de pointes, nombreux sont les Bordelais qui craignent la pollution dans les rues, notamment aux heures de pointe.

Au- delà de la sensation de gêne olfactive, ou respiratoire, il existe des instruments de mesures très précis pour quantifier la pollution de l'air. A Bordeaux, c'est l'association Atmo Aquitaine qui s'en charge.
Et il semblerait qu'ils ne faille pas forcément se fier aux impressions, comme l'explique Sylvanie Gassian, responsable adjointe à la communication pour la Nouvelle-Aquitaine.
 
 

Sur le bilan de l'année 2016, la qualité de l'air de Bordeaux est bonne 5 jours sur 7, ce qui est plutôt bien. Mais près des centres urbains, des axes routiers, les niveaux restent assez soutenus, et il y a encore des efforts à mener sur ces zones là.

 
 
 
Pour établir ces données, l'association dispose de neuf stations de mesures sur la métropole bordelaise, installées en milieu urbain et péri urbain. Grâce à elles, l'association peut établir des cartes, des prévisions sur les jours à venir, alerter en cas d'incident et tenir des relevés.
 


Un nouvel emplacement à définir

Une de ces stations se trouve actuellement sur la place Gambetta. Or, celle-ci étant en rénovation, la station ne peut rester en place.
C'est dans ce but qu'Atmo organise donc une nouvelle campagne de mesure de l'air, de deux mois, afin de trouver un nouvel emplacement à la station.
Les critères d'installations sont très précis : le trafic routier, la population, l'environnement. Tout est décortiqué afin de pouvoir définir ensuite l'emplacement idéal. Ce lundi matin, c'est sur le boulevard Antoine Gauthier qu'avaient lieu les relevés. 
 
Une fois installée, la station effectuera ses mesures 24 heures sur 24.

Voir le reportage de France 3 Aquitaine
©F3 Aquitaine